Publié

footItalie/32e journée - Naples répond à la Juventus et s'accroche (PAPIER GENERAL-ACTUALISATION)

Rome, 10 avr 2016 (AFP) - Naples a fait ce qu'il avait à faire dimanche en battant 3-0 le Hellas Vérone, lanterne rouge du Championnat d'Italie, mais à six matches de la fin, la Juventus Turin reste confortablement en tête avec six points d'avance sur son dauphin.

Il n'y avait pas vraiment de doute quant à la supériorité de Naples sur une équipe qui a déjà un pied en Serie B, mais la question était de savoir comment l'équipe de Maurizio Sarri allait gérer l'absence de Gonzalo Higuain.

Suspendu quatre matches après son exclusion et sa grosse colère de la semaine dernière contre l'Udinese, l'Argentin était en tribune au stade San Paolo et son nom a été scandé par les tifosi, qui ont aussi sifflé l'hymne de la Ligue italienne, à qui ils reprochent de favoriser la Juventus.

Aligné à sa place, l'Italien Gabbiadini avait la lourde tâche de faire oublier un homme qui pèse 30 buts en 31 matches. Il a pu croire que son après-midi allait être compliqué quand il a touché le poteau (16e) puis buté sur le gardien de Vérone Gollini (21e), auteur d'un miracle sur le coup

Mais il n'a pas renoncé et c'est lui qui a ouvert la marque, en reprenant de la tête un ballon repoussé par Gollini après une frappe de Callejon (32e).

Le match basculait définitivement juste avant la mi-temps, quand le défenseur français de Vérone Souprayen provoquait un penalty et était expulsé. Insigne transformait (2-0, 45 2).

Infiniment supérieur, le Napoli a ensuite très tranquillement contrôlé la partie, ajoutant simplement un troisième but par Callejon à la 70e minute.

Naples a donc fait sa part du travail mais, samedi, la Juventus avait déjà fait un pas supplémentaire vers un cinquième scudetto consécutif en allant s'imposer 2-1 à San Siro contre l'AC Milan, pour l'un des derniers matches potentiellement délicats de sa saison.

Les Milanais, qui restent sixièmes, ont d'ailleurs eu le mérite de bien résister. Alex avait même ouvert le score (18e) avant que Mandzukic (27e) puis Pogba (65e) ne fassent respecter la supériorité turinoise.

Derrière les deux leaders, c'est toujours l'AS Rome qui occupe la troisième place qualificative pour les barrages de la Ligue des champions. Les Romains recevront Bologne lundi soir.

En attendant, la Fiorentina, battue 2-0 par Empoli et désormais cinquième, a quant à elle confirmé sa mauvaise passe actuelle et laisse filer la Roma, qui compte sept points de plus et donc un match en moins.

Avec ce sixième match consécutif sans victoire (quatre nuls et deux défaites), les Florentins laissent même l'Inter Milan, qui a battu Frosinone 1-0 samedi, s'installer à la quatrième place, qui envoie en phase de groupes de l'Europa League. Les Milanais ont deux points d'avance sur la "Viola".

Alors qu'elle avait réussi un magnifique début de saison, occupant même pendant plusieurs semaines la place de leader, la Fiorentina est en train de lâcher prise.

Dimanche dans ce derby toscan (Empoli est à une vingtaine de kilomètres à peine de Florence), la "Viola" a été dominée et a semblé sans solution. En fin de première période (41e), c'est Pucciarelli qui a donné un premier avantage à Empoli, désormais 12e. Et en fin de match (88e), Zielinski a doublé la mise.

En soirée, Simone Inzaghi a réussi ses débuts en tant qu'entraîneur de la Lazio Rome avec un très net succès 3-0 sur le terrain de Palerme, qui reste relégable (18e).

Klose a inscrit un doublé et Felipe Anderson a ajouté un troisième but en deuxième période, mais la Lazio reste 8e.

Le match a dû être interrompu à deux reprises à cause de jets de pétards sur la pelouse.

stt/mam

JUVENTUS FOOTBALL CLUB

SOCIETA SPORTIVA LAZIO

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!