Publié

footItalie - AS Rome-Naples, l'ex-stagiaire Garcia contre Maître Benitez (ENCADRE)

AS Rome-Naples, sommet du Championnat d'Italie vendredi, oppose deux entraîneurs qui se connaissent et s'apprécient: en 2001 le Romain Rudi Garcia était parti en stage chez le Napolitain Rafael Benitez, alors à Valence.

"Ce n'est pas le match Benitez contre Garcia", assure le Français. Mais les deux techniciens ont échangé des politesses par conférences de presse interposées. "Rafa est un grand entraîneur, un exemple, il a gagné tant de trophées, dit Garcia (49 ans). Il est bon, intelligent, ce sera un plaisir de pouvoir parler avec lui, peut-être un peu avant, et surtout après le match". Sur le même ton, l'Espagnol de 53 ans affirme que "Garcia est un entraîneur très intelligent que je connais bien. Ses équipes sont toujours difficiles à affronter". En 2001, Garcia alors adjoint à Saint-Étienne (France), est reçu par Benitez à Valence, qu'il a conduit à deux titres de champion d'Espagne (2002, 2004). "Je lui dois beaucoup, il m'a ouvert les portes d'un grand club alors que je n'étais personne, et il m'a consacré beaucoup de temps", raconte Garcia, qui explique avoir surtout appris tactiquement du maître espagnol. Garcia sait que les équipes de Benitez "aiment avoir la balle", et se prépare en conséquence pour le match. La dernière fois que les deux hommes se sont rencontrés, à la tête de Liverpool et Lille, l'Espagnol s'était qualifié (0-1, 3-0) pour les quarts de finale de l'Europa League 2010, mais l'ancien élève avait donné du fil à retordre au maître, avec une équipe moins armée que les "Reds". Les deux techniciens étrangers de la Serie A, tous deux fins communicants et très bien adaptés à leur nouveau milieu, sont d'accord aussi sur un point: "n'oublions pas que les Napolitains jouent un match important mardi" contre Marseille, dit Garcia. "La Roma a un avantage sur nous, ils ne jouent qu'une fois par semaine alors que nous avons la Ligue des champions, et ça compte énormément", ajoute Benitez. Ils sont décidément en symbiose. eba/gv

(AFP)

Votre opinion