11.03.2020 à 13:05

Italiens privés de Kranjska Gora, la FIS sous pression

Ski alpin

Les deux dernières courses doivent-elle être maintenues alors que les Italiens sont en quarantaine?

par
Sport-Center
Manfred Moelgg sera logiquement absent du dernier slalom de la saison... s'il a bien lieu.

Manfred Moelgg sera logiquement absent du dernier slalom de la saison... s'il a bien lieu.

Keystone

Une course dont tous les participants qualifiés ne peuvent pas prendre le départ pour des raisons extrasportives doit-elle quand même avoir lieu? Telle est la question qui trône sur le bureau des décideurs de la FIS depuis lundi soir. Les deux derniers slaloms (spécial et géant) messieurs qui doivent avoir lieu ce week-end à Kranjska Gora se dérouleront en effet sans l'équipe d'Italie, laquelle n'est pas la bienvenue en Slovénie.

Sur le plan sanitaire, la décision tombe sous le sens puisque la Botte est placée sous quarantaine. Mais qu'en est-il de l'équité sportive? Est-ce normal que Daniel Yule ou Henrik Kristoffersen reçoivent une dernière chance d'accrocher une victoire et pas Manfred Moelgg? Il suffit sans doute de transférer cette question à un autre sport pour se faire une idée de la réponse. Aurait-il été normal que, bloqué à Bergame, l'Atalanta perde son match retour de Ligue des champions contre Valence par forfait et quitte la Ligue des champions? Évidemment que non.

De plus, n'y a-t-il que les coureurs italiens qui sont à risque à l'heure où l'épidémie de Covid-19 se généralise? Cette incompréhension a été relayée par quelques skieurs, à commencer pas le Norvégien Leif Kristian Nestvold-Haugen. «FIS, où es-tu en train de cacher ta tête dans le sable, écrit-il sur Instagram. Si nous pensons que la menace est sérieuse, nous devons nous comporter en exemples et rester solidaire avec l'Italie.»

«Actuellement, 5% des personnes contaminées en Italie meurent de ce virus, poursuit-il. Or nous skieurs, voyageons bien plus que le citoyen lambda. Nous incarnons donc une menace très sérieuse quant à sa diffusion. Les Norvégiens, les Suédois, les Autrichiens, les Suisses, les Français et les Allemands ont autant de chances d'amener le virus en Slovénie que les Italiens. Combattons-le ensemble.»

Pour rappel, la FIS s'accroche à ces deux dernières épreuves de la saison sans doute pour maintenir un nombre équitable d'épreuves dans la course au grand globe. Or le Français Alexis Pinturault, spécialiste des disciplines techniques, talonne actuellement le Norvégien Aleksander Aamodt Kilde (- 54 points). Cette réalité comptable a-t-elle eu une influence sur le plaidoyer pro-annulation de son compatriote? Partons du principe que non.

M.A.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!