Japon: Ivre, il perd les données sensibles de 460’000 personnes

Publié

JaponIvre, il perd les données sensibles de 460’000 personnes

L’employé d’une entreprise versant des subventions a égaré, après avoir top bu, une clé USB avec notamment les comptes bancaires des habitants d’Amagasaki.

par
Michel Pralong
L’employé avait transféré les données sur une clé USB sans en avoir l’autorisation.

L’employé avait transféré les données sur une clé USB sans en avoir l’autorisation.

Getty Images/iStockphoto

Dans la presse japonaise, on peut voir les photos des responsables de la ville d’Amagasaki, au Japon, s’incliner très bas pour présenter leurs excuses. Il y a de quoi puisqu’une clé USB contenant des informations personnelles de 465 177 habitants de la ville a été égarée.

Le responsable est un employé d’une entreprise chargée d’aider la ville à distribuer les fonds de secours Covid-19 aux ménages particulièrement touchés par la pandémie, explique «The Japan Times». L’homme, d’une quarantaine d’années, avait transféré mardi depuis le centre d’information de l’administration municipale, les données des habitants de la ville puis les avait transmises à un centre d’appels. Mais il n’a ensuite pas effacé le contenu de la clé, l’a mise dans son sac est allé au restaurant.

Là, il aurait trop bu et se serait endormi dans la rue, selon CNN qui cite la chaîne japonaise NHK. À son réveil, le sac, et donc la clé également, avaient disparu. L’employé est allé voir la police mercredi pour signaler cette perte et les autorités de la ville ont fait part de cette nouvelle jeudi.

Données cryptées

La clé contenait les noms, adresses, dates de naissance des résidents ainsi que les numéros de compte bancaire des ménages bénéficiaires de l’aide sociale, entre autres. Les autorités ont toutefois tenu à se montrer rassurantes. Ces données sont cryptées, protégées par un mot de passe et aucune fuite n’a été constatée jusqu’à présent. «Nous travaillerons à regagner la confiance de nos résidents en les sensibilisant à l’importance de protéger les renseignements personnels» a toutefois précisé la Municipalité.

Cela risque d’être plus sérieux pour l’employé négligent, car s’il avait bien le droit de consulter ces données, il n’avait pas l’autorisation de les transférer sur une clé USB ou sur tout autre support.

Ton opinion