Publié

Sabrina Guilloud«J'ai pleuré de joie au sommet»

De retour de voyage de noces en Tanzanie, la dauphine de Miss Suisse 2010 se détend à Genève, après l'ascension du Kilimandjaro. Récit.

par
Didier Dana
1 / 1
Sabrina Guilloud (au milieu) lors de l'élection de Miss Suisse 2010.

Sabrina Guilloud (au milieu) lors de l'élection de Miss Suisse 2010.

Ennio Leanza, Keystone

Vous êtes très en forme, mais l'ascension n'a pas été de tout repos. Racontez.

La cause d'échec la plus fréquente lors de l'ascension du Kilimandjaro, ce sont les maux liés à l'altitude. Notre slogan était «pole pole», cela signifie doucement en Swahili.

À quel moment avez-vous commencé à souffrir?

Au bour du troisième jour. Les maux de tête sont apparus en fin de journée. Nous étions montés à 4200?m avant de redescendre au camp de base. Nous avons ressenti de fortes lancées pendant 3?h. Nous sommes restés couchés. On dit: «go high, sleep low». Il faut monter et redescendre ensuite pour dormir.

Comment fait-on pour garder son énergie?

En dormant bien, en buvant trois litres par jour et en mangeant beaucoup. Ce qui m'arrivait parfois plus que mon mari (rires). Mon meilleur atout pendant le trek a été mon sac de couchage pour conditions extrêmes:- 30°!

Vous n'étiez pas seuls.

Nous étions une dizaine, soit un guide, un assistant, un cuisinier et sept porteurs. Ces hommes étaient incroyables. Ils portaient 15 kilos de matériel sur la tête plus un sac à dos. Ils couraient et nous rattrapaient même lorsqu'ils avaient parfois 2?h de retard. Respect!

Après 4?jours, vous arrivez au camp de base à 4600?m.

Oui. Et comme nous nous sentions bien, nos guides nous ont conseillé d'atteindre le sommet la nuit même. Nous nous sommes levés à 23?h?30. Il y avait une demi-lune, il faisait entre 5 et 8?degrés. Plus on montait, plus il faisait froid. Il a même neigé. Après 3?h, j'ai commencé à fatiguer. Nous faisions des pauses toutes les 20?minutes pour boire et manger une barre énergétique. À un moment, je n'ai plus rien avalé, j'ai eu la nausée. Je ne pensais plus qu'à mettre un pied devant l'autre. Mon corps était à bout. Nos guides ont essayé de nous encourager en disant: «plus que 30?minutes». Mais ça n'était pas vrai…

Et ce fut l'arrivée au sommet.

Après 7?h d'effort nous avons atteint 5895?m. Le soleil était en train de se lever. C'était magique! Entre l'épuisement et la beauté du spectacle, j'ai fondu en larmes. J'étais bien ensuite et Kai, lui, était comme saoul. La descente a duré 1?h?30.

Si c'était à refaire?

C'était fabuleux, mais jamais je n'aurais pensé souffrir autant.

La suite du voyage de noces a été plus calme…

Quatre jours de safari au milieu des animaux, puis une semaine à Zanzibar au bord de la plage. Le plus beau spectacle a été de voir un lion et une lionne faire l'amour. Apparemment, ils font ça toute la journée et recommencent toutes les 15?minutes (Rires).

À quand votre premier bébé Sabrina?

(Rires) On y pense. Et pourquoi pas cette année? On verra!

Ton opinion