Publié

Confession«J'étais névrosée»

Keira Knightley confie qu'elle prenait la critique bien trop au sérieux jusqu'à ses 25 ans. Elle a finalement appris à se protéger en évitant notamment de lire ce qu'il se dit à son propos sur internet.

par
LeMatin.ch / Cover Media
Getty images

Keira Knightley a vu sa silhouette très critiquée au début de sa carrière. Aujourd'hui âgée de 29 ans, l'actrice admet qu'elle a pris beaucoup de ces commentaires négatifs très à cœur. «Jusqu'à mes 25 ans, j'étais plutôt névrosée et je prenais tout beaucoup trop au sérieux», confie-t-elle dans le journal britannique «The Mirror». «Je trouvais cela difficile de prendre du recul et j'ai pris ça très à cœur. Notamment parce qu'en tant qu'actrice, vous ne voulez pas nécessairement avoir la peau dure et je n'arrivais pas à voir comment je pouvais être ouverte d'un point de vue émotionnel tout en ayant suffisamment la peau dure pour que rien ne me blesse.»

La star a finalement trouvé une manière de se détacher des critiques. «Je ne sais pas si c'était quelque chose de chimique, un genre de prise de conscience m'indiquant que ça n'était pas si important – et je me suis aussi soudainement rendu compte qu'il y avait des choses que je pouvais contrôler et d'autres pas, partage Keira Knightley. À un moment donné, vous vous dites qu'en fait, vous ne pouvez rien y faire.»

Pour éviter tout stress supplémentaire, la comédienne évite soigneusement de taper son nom dans les moteurs de recherche. «Je ne me cherche pas sur Google – c'était le problème jusqu'à mes 25 ans. Ce n'est pas que je le faisais tout le temps mais j'en voyais certainement bien assez pour me dire "Oh, tu ne devrais pas regarder". Je veux dire que ce n'est pas la peine de regarder ça, ça n'aide pas. Il faut rester vigilante. À nouveau, je pense que c'est probablement la même chose si vous êtes sur les réseaux sociaux et que vous exposez tout à la vue du public: vous vous exposez énormément à la critique et beaucoup de gens pourront vous dire qu'ils vous détestent», souligne Keira Knightley.

Ton opinion