Attaque contre Salman Rushdie: J. K. Rowling menacée: «Ne t’inquiète pas, tu es la prochaine»

Publié

Attaque contre Salman RushdieJ. K. Rowling menacée: «Ne t’inquiète pas, tu es la prochaine»

La police enquête alors que l’auteure de la saga Harry Potter a reçu des menaces de mort après avoir réagi à l’agression de l’auteur des «Versets sataniques» sur Twitter.

Sur Twitter, J. K. Rowling s’est dite «écœurée» de la récente agression contre Salman Rushdie. Un utilisateur de la plateforme lui a répondu: «Ne t’inquiète pas tu es la prochaine».

Sur Twitter, J. K. Rowling s’est dite «écœurée» de la récente agression contre Salman Rushdie. Un utilisateur de la plateforme lui a répondu: «Ne t’inquiète pas tu es la prochaine».

AFP

La police britannique a indiqué dimanche enquêter sur une menace présumée dont l’autrice de la saga Harry Potter, J. K. Rowling, dit avoir été la cible sur Twitter après l’attaque contre Salman Rushdie aux Etats-Unis. Mme Rowling avait réagi à l’agression de l’auteur des «Versets sataniques» en se disant «écœurée» sur le réseau social, ajoutant espérer son rétablissement. 

Un utilisateur, qui se présente sur son profil comme un étudiant et militant politique basé à Karachi au Pakistan, avait alors répondu: «Ne t’inquiète pas, tu es la prochaine». Le tweet a ensuite été supprimé mais J. K. Rowling a posté une capture d’écran, interpellant Twitter sur de possibles violations de ses règles.

Menacé de mort depuis une «fatwa» de l’Iran de 1989, un an après la publication des «Versets sataniques», Salman Rushdie a été poignardé une dizaine de fois vendredi, une attaque qui indigne en Occident mais qui est saluée par des extrémistes en Iran et au Pakistan.

L’attaque contre l’écrivain Salman Rushdie.

«Nous avons reçu des informations sur une menace proférée en ligne et nos agents procèdent à des investigations», a indiqué une porte-parole de la police d’Ecosse, où vit l’auteure.

Menaces de mort

L’an dernier, J. K Rowling avait indiqué avoir reçu de nombreuses menaces de mort provenant selon elle de militants pour les droits des transgenres, dont elle est devenue la bête noire ces dernières années.

En 2020, J.K. Rowling avait partagé sur Twitter un article évoquant les «personnes qui ont leurs règles», en le commentant ironiquement: «Je suis sûre qu’on devait avoir un mot pour ces gens. Que quelqu’un m’aide. Feum? Famme? Feemm?». Elle s’est ainsi attiré les foudres de certains internautes, qui lui ont rappelé que les hommes transgenres pouvaient avoir leurs règles, mais pas les femmes transgenres.

(AFP)

Ton opinion