Musique - Jacob Desvarieux, leader du groupe antillais Kassav’, est mort
Publié

MusiqueJacob Desvarieux, leader du groupe antillais Kassav’, est mort

Jacob Desvarieux, l’un des fondateurs du groupe Kassav’, qui a connu un grand succès dans les années 80, est décédé vendredi des suites du Covid-19.

Jacob Desvarieux le 16 mai 2009 au stade de France, près de Paris, en France.

Jacob Desvarieux le 16 mai 2009 au stade de France, près de Paris, en France.

AFP

Le guitariste guadeloupéen Jacob Desvarieux, mort vendredi à 65 ans des suites du Covid-19, était l›un des fondateurs du groupe Kassav', monument aux Antilles qui a connu un énorme succès dans les années 80 en mélangeant des musiques locales pour créer un style, le zouk. De santé fragile depuis une greffe rénale, le musicien avait été hospitalisé le 12 juillet à Pointe-à-Pitre après avoir été contaminé par le coronavirus.

Parmi les nombreuses réactions à son décès, celle du judoka guadeloupéen Teddy Riner, qui a rendu hommage à «une immense voix des Antilles», tandis que l’ancienne ministre Christiane Taubira, originaire de Guyane, disait sa tristesse, se remémorant «sa voix, sa dégaine, son talent, sa joie, ce sourire, cette inclinaison de la tête et même sa salopette des débuts».

«Les Antilles, l’Afrique et la musique viennent de perdre l’un de ses plus grands Ambassadeurs. Jacob grâce à ton art, tu as rapproché les Antilles à l’Afrique. Dakar où tu as vécu te pleure. Adieu l’ami», a tweeté vendredi soir le chanteur sénégalais Youssou Ndour.

Interroger les origines

«Au départ, c’était un laboratoire: nous cherchions à trouver une bande-son qui fasse la synthèse de toutes les traditions et sons antérieurs, mais qui soit exportable partout», avait raconté le musicien au journal «Libération» en 2016.

Un cocktail qui donnera naissance à des tubes festifs et dansants chantés en créole, comme «Zouk la sé sèl médikaman nou ni» (1984, sur un album que Desvarieux cosigne avec un autre fondateur de Kassav’ mais qui ne sort pas sous le nom du groupe) ou «Syé bwa» (1987). La création de Kassav’ en 1979 puis son essor la décennie suivante s’inscrivent dans deux tendances de ces années-là.

D’une part, la montée du sentiment identitaire et des mouvements régionalistes à la fin des années 70. En Outremer, en Corse ou en Bretagne, cela amène nombre d’artistes locaux à se réapproprier leur culture et leur langue et à moderniser des musiques traditionnelles. «À travers notre musique, nous interrogions nos origines. Qu’est-ce qu’on faisait là, nous qui étions noirs et parlions français?» expliquait à «Libé» Desvarieux, la voix douce et voilée et les cheveux blanchis par les années.

«World music»

«Comme les Afro-Américains des États-Unis, nous cherchions des réponses pour reprendre le fil d’une histoire qui nous avait été confisquée», ajoutait-il. D’autre part, Kassav' explose en même temps que la «world music», les musiques du monde: au milieu des années 80, le public a soif de musiques lointaines et métissées.

«Notre musique se devait d’être antillaise, c’est-à-dire reconnue par les Antillais, contrairement à ce qu’il se passait alors avec la world music: il s’agissait d’une musique anglo-saxonne avec un chanteur du tiers-monde, chantant parfois dans sa langue», nuançait toutefois Jacob Desvarieux.

Kassav’ (en référence à la cassave, une galette de manioc) est fondé en 1979 par des artistes guadeloupéens, Pierre-Edouard Decimus (du groupe Les Vikings de la Guadeloupe) et Freddy Marshall. Ils recrutent d’autres musiciens, dont Desvarieux, né en 1955 à Paris et qui, comme guitariste, revendique des influences rock, de Chuck Berry à Jimi Hendrix.

La base du style du groupe est le gwo ka, musique guadeloupéenne marquée par les tambours. Il y ajoute d’autres ingrédients venus de toutes les Caraïbes – compas haïtien, biguine… – et un emballage moderne, avec de la basse, des cuivres et des claviers.

Afrique

Le premier album de Kassav’, «Love and Ka dance», sort en 1979. 1980 marque la première apparition dans le groupe de celle qui en deviendra l’emblème: la chanteuse martiniquaise Jocelyne Béroard. Kassav’ atteint le pic de sa popularité à la fin des années 80. Il signe un contrat avec la multinationale du disque CBS, sort l’album «Vini Pou» en 1987 (disque de platine) et reçoit une Victoire de la musique en 1988.

Encensé par le jazzman américain Miles Davis, le groupe enchaîne les concerts dans le monde entier. Et parallèlement aux nombreux albums de Kassav’, ses membres sortent des disques solo. Depuis, la mode du zouk est retombée, mais Kassav’ a continué d’attirer un public nombreux en concert.

Monument aux Antilles et star en métropole, le groupe est également très connu en Afrique. Le clip de «Syé Bwa» a d’ailleurs été tourné à Kinshasa (République démocratique du Congo, qui s’appelait encore Zaïre). «L’Afrique s’est ouverte à nous avant même la France», indiquait Jocelyne Béroard en 2019 au magazine «Jeune Afrique».

«Ils ne comprenaient pas le créole, mais ils répétaient plus ou moins phonétiquement, ou ils créaient leurs propres versions», souriait-elle. «’’Zouk la sé sel médikaman nou ni’’ («Le zouk est le seul médicament que nous avons», ndlr) est, par exemple, devenu ‘‘Zouk la, j’ai mangé un demi-kilo de riz’’!»

(AFP)

Votre opinion

1 commentaire