Football: Jacobacci: «Tant que je serai l’entraîneur...»
Publié

FootballJacobacci: «Tant que je serai l’entraîneur...»

Alors qu’il se sait sur la sellette au FC Sion, Maurizio Jacobacci a retrouvé son équipe mercredi matin. Il évoque ses priorités et ce qu’il ne peut pas maîtriser.

par
N.Jr
Christian Constantin (à g.) se dit «en phase de réflexion», alors que Maurizio Jacobacci (à dr.) affirme qu'il est là pour «continuer à bosser et corriger ce qui doit l’être».

Christian Constantin (à g.) se dit «en phase de réflexion», alors que Maurizio Jacobacci (à dr.) affirme qu'il est là pour «continuer à bosser et corriger ce qui doit l’être».

Keystone

Après deux jours de récupération, le FC Sion a repris l’entraînement mercredi matin sous la direction de Maurizio Jacobacci, un coach en sursis depuis la troisième défaite du club valaisan. Alors que son sort demeure incertain, l’entraîneur s’est investi dans ce qu’il peut contrôler, notamment le travail au quotidien et la préparation du prochain match de Coupe qui verra Sion se déplacer à la Pontaise pour y affronter Lausanne.

«Tant que je serai l’entraîneur du FC Sion, je donnerai le maximum, affirme Jacobacci. La seule chose que je peux véritablement influencer, c’est mon travail jour après jour. Je ne peux que continuer à faire ce qui m’est demandé. Je suis un employé du club, le reste ne m’appartient pas. Je suis là pour continuer à bosser et corriger ce qui doit l’être. C’est mon but et celui du staff. C’est aussi celui, bien évidemment, de toute l’équipe.»

Chose certaine: s’il a montré d’évidentes qualités, lui permettant par exemple de dominer Bâle chez lui sans en être récompensé, Sion souffre aujourd’hui d’un cruel manque de points, ce dont convient Jacobacci. «La seule chose que je peux regretter, reprend son coach, c’est cette absence de points. On en mériterait plus. (...) La dynamique de groupe n’est pas celle du printemps dernier. Au cœur du jeu, donc au milieu, il y a toujours eu des changements en raison de blessures notamment. La seule stabilité que l’on a eue, c’est au niveau de la défense.»

A Tourbillon, l’autre changement tient à la perte de Cunha, une pépite brésilienne transférée cet été à Leipzig. «Sion a perdu un joueur qui, compte tenu de ses énormes qualités, valait 20 millions de francs. Or, aujourd’hui, ces mêmes qualités nous font défaut. Mais je suis convaincu que cela va venir, que les jeunes qui sont là vont s’imposer...»

CC: «On se retrouve en pleine zone orange»

Alors que Sion en découdra amicalement avec Chiasso vendredi à Naters, près de Brigue (coup d’envoi 16h30), son entraîneur se projette déjà dans le rendez-vous du 16 septembre à Lausanne. «On sait ce que signifie la Coupe en Valais.»

Ce jour-là, Maurizio Jacobacci sera-t-il toujours assis sur le banc sédunois? Actuellement en «phase de réflexion», son président prolonge le suspense: «Je n’ai encore rien décidé, expliquait Christian Constantin mardi soir. Je ne suis convaincu de rien du tout. Il manque peu, mais il manque quelque chose. Ce que l’on a connu au printemps peut-il revenir? On se retrouve en pleine zone orange, sans savoir si cela va passer au rouge ou au vert...»

Votre opinion