Actualisé

Conseil des EtatsJacques Bourgeois brigue la succession d'Alain Berset

Le conseiller national libéral-radical est le 2e candidat, après le socialiste Christian Levrat, à l'élection complémentaire au Conseil des Etats du 11 mars dans le canton de Fribourg.

Selon le PLR, Jacques Bourgeois a su éviter les polémiques politiciennes pour se rapprocher des préoccupations concrètes des gens.

Selon le PLR, Jacques Bourgeois a su éviter les polémiques politiciennes pour se rapprocher des préoccupations concrètes des gens.

Keystone

Le conseiller national Jacques Bourgeois (PLR/FR) est candidat à l'élection complémentaire aux Conseil des Etats du 11 mars, destinée à remplacer Alain Berset. Après le socialiste Christian Levrat, il est le second candidat à sortir du bois. L'UDC ne participera pas à la course.

Jacques Bourgeois est le candidat idéal pour représenter Fribourg au Conseil des États, a indiqué mercredi le PLR fribourgeois dans un communiqué de presse. Selon son parti, depuis 2007 au Conseil national, M. Bourgeois s'est profilé comme un parlementaire évitant les polémiques politiciennes pour se rapprocher des préoccupations concrètes des gens.

Son bilan en témoigne, précise le PLR. Il s'est engagé pour la prolongation de l'indemnisation du chômage partiel ou la défiscalisation des fonds créés par les entreprises pour faire face aux variations de devises et aux conséquences du franc fort. Il a dénoncé les abus du principe du Cassis de Dijon.

Pas de double mandat

Le PLR salue en outre sa décision de renoncer à la direction de l'Union suisse des paysans en cas d'élection. Agé de 54 ans, ingénieur agronome HES, M.Bourgeois est directeur de l'Union suisse des paysans depuis 2002.

Contrairement à Christian Levrat, il désire «s'engager à 100% pour cette fonction», a-t-il indiqué dans une interview à «La Liberté» publiée mercredi. M.Bourgeois conteste avoir vécu une valse- hésitation avant de se lancer: «Il fallait laisser le temps à un réflexion approfondie».

Crédité de moins de 12% des suffrages lors des dernières élections fédérales au Conseil national, le PLR est en perte de vitesse dans le canton de Fribourg. M.Bourgeois aura besoin de l'appui des autres partis de droite et du centre-droit.

De leur côté, l'UDC et le PDC ne présentent pas de candidat à la succession d'Alain Berset. L'UDC se réserve cependant la possibilité de changer d'avis, si «des éléments politiques particuliers devaient survenir.

Le cas échéant, une candidature UDC sera annoncée le 16 janvier, jour auquel échoit le délai pour le dépôt des listes. Le PDC ne fait pas la course, étant déjà représenté par le sénateur Urs Schwaller.

Le socialiste Christian Levrat part favori. Il est soutenu à fond par son parti dont il est le candidat naturel. Mais, a mis en garde le président du PS fribourgeois (PSF) David Bonny, «ce sera très dur et compliqué». La candidature de M.Levrat doit encore être officiellement avalisée par une assemblée de parti jeudi soir, toutefois le résultat ne fait pas l'ombre d'un doute.

Double mandat pas exceptionnel

S'il est élu, Christian Levrat compte bien concilier son mandat de sénateur avec la présidence du PS suisse, en tous les cas pour quelques temps. Il a par ailleurs eu l'occasion de rappeler que par le passé, tous les partis ont eu des présidents qui siégeaient aux Etats.

Y compris au PS, avec la Genevoise Christiane Brunner (2000-2004) ou au PDC, avec Carlo Schmid (1992-1994) et Anton Cottier (1994- 1997) et plus récemment, avec Philipp Stähelin (2001-2004). Le champion du double mandat a été l'UDC thurgovien Hans Uhlmann (1988- 1996). Le PSF a souligné l'efficacité pendant des décennies du tandem fribourgeois PS/PDC aux Etats. Selon lui, l'intermède d'un tandem PDC-PRD, durant la législature 1999-2003, n'a pas été une réussite pour le canton.

Ton opinion