Bienne - «J’ai 78 ans, ma petite-fille sera vaccinée avant moi»
Publié

Bienne«J’ai 78 ans, ma petite-fille sera vaccinée avant moi»

À Bienne, une grand-maman n’a pas reçu sa première dose, alors qu’à Lausanne, sa petite-fille de 18 ans a déjà reçu sa piqûre.

par
Vincent Donzé
À 78 ans, Jacqueline n’est toujours pas vaccinée.

À 78 ans, Jacqueline n’est toujours pas vaccinée.

DR

Elle est asthmatique, mais à Bienne, Jacqueline n’a pas reçu son premier vaccin, à 78 ans. «C’est un scandale!», tonne cette retraitée très remontée. «À mon âge et avec mon asthme, je suis une personne à risque», insiste-t-elle.

À son inscription, Jacqueline a été classée dans le groupe A, prioritaire. «J’ai essayé 80 fois, même avec l’aide de ma petite-fille, mais ils sont incapables de me donner un rendez-vous en ligne», s’emporte cette aînée, énervée depuis le 8 avril.

«À Lausanne, le 10 juin, ma petite-fille sera vaccinée avant moi. Vaud et Genève sont mieux organisés!», constate Jacqueline qui a récemment trouvé une place dans une pharmacie, le 24 juin prochain. En attendant, pour en avoir le cœur net, elle s’est soumise à un test PCR.

Groupe R

Ce qui l’étonne, c’est que depuis hier, les 16-17 ans du groupe R sont invités à s’enregistrer pour être vaccinés une première fois dès le 11 juin prochain. Ce sont 30 000 nouveaux rendez-vous qui seront pris, après la réception, ce week-end, de nouvelles doses de vaccin. Trois livraisons suivront qui permettront d’administrer, en un mois, le premier vaccin à toute la population bernoise qui le souhaite.

Les remontrances de Jacqueline ont été soumises à Gundekar Giebel, porte-parole de la Direction bernoise de la santé, des affaires sociales et de l’intégration. «Son erreur, c’est d’avoir attendu (ndlr. le 8 avril) pour s’inscrire, mais elle n’est pas la seule: d’autres ont préféré attendre pour, par exemple, scruter la réaction au vaccin d’une copine».

Groupes A, B, C

«Les trois premiers mois de l’année étaient réservés aux personnes à risque des groupes A, B et C. Ceux qui étaient enregistrés dans le système ont reçu une lettre les invitant à fixer un rendez-vous avant l’ouverture au groupe D. Passé ce délai (ndlr: le 31 mars), c’est à la queue leu leu», indique Gundekar Giebel. «Faire quatre heures de queue à 78 ans? Non merci!», riposte Jacqueline, après l’expérience faite jeudi dernier par lematin.ch.

Dans le canton de Berne, les autorités gèrent deux centres dans la capitale. La gestion de huit autres centres est déléguée aux régions hospitalières, dont celle de Bienne, parfois inhospitalière, où Jacqueline a tenté 80 fois de prendre rendez-vous. S’y ajoutent les doses livrées aux pharmacies et aux cabinets médicaux, dont le «Centre Médical Bienne» qui applique le principe «premier arrivé, premier servi», générateur de files indiennes.

Votre opinion