Ski alpin: «J’ai bien cru que mon hiver serait foutu»
Publié

Ski alpin«J’ai bien cru que mon hiver serait foutu»

Opéré le 24 décembre à un pouce, Ramon Zenhäusern n'aurait pas dû être au départ du slalom parallèle d'Oslo et il finit troisième!

par
Christian Maillard
Egalement troisième mardi à Oslo, Wendy Holdener peut lever son pouce d'admiration après la performance de Ramon Zenhäusern.

Egalement troisième mardi à Oslo, Wendy Holdener peut lever son pouce d'admiration après la performance de Ramon Zenhäusern.

DR

Cela s’appelle le «Miracle de Noël»! Un an après la première victoire de sa carrière à Stockholm, dans le même exercice, Ramon Zenhäusern a de nouveau brillé en Scandinavie dans un slalom parallèle. Mais s’il n’a cette fois-ci pas remporté ce City Event, c’est un sacré exploit qu’a réussi le géant valaisan, en montant sur la troisième marche du podium.

Sachant qu’il était encore sur le billard huit jours plus tôt, sa présence en Norvège était déjà un cadeau du ciel. «Quand je pense que les médecins m’avaient annoncé qu’en principe je ne pourrais pas retrouvé mon niveau d’ici à douze semaines, j’ai bien cru que mon hiver serait foutu», a déclaré le vice-champion olympique à Ski Actu, quelques minutes après avoir battu Andre Myhrer, le champion olympique, dans la petite finale.

Victime d’une rupture du ligament latéral interne métacarpo-phalangienne lors d’un entraînement, le Haut-Valaisan n’a pas manqué de mettre en avant le Dr Schweizer, grand spécialiste de la main, qui l’a opéré dans une clinique à Zurich. «Il m’a posé des fils élastiques pour tenir mon pouce au lieu de vis qui m’auraient empêché de skier», a encore expliqué le grand Ramon qui a pu courir ce mardi 1er janvier grâce à une protection spéciale autour de son pouce gauche à l’intérieur d’un gant plus grand pour lui éviter de trop fortes douleurs lorsqu’il tape les piquets. Surtout lors d’une compétition comme le parallèle où il s’agit de pousser fort dans le portillon de départ.

D’où une certaine crainte légitime lors de son premier duel, ce mardi à Oslo, en huitièmes de finale, face à Sebastian Foss-Solevag. «Avec ma main attachée au bâton, j’avais peur de casser mon pouce pour de bon!» Il a finalement brisé l’espoir du Norvégien puis de son compatriote Daniel Yule en quarts de finale, après que le héros de Madonna soit sorti deux fois. Battu en demi-finale par l’Autrichien Marco Schwarz, futur vainqueur de l’épreuve, Ramon Zenhäusern a trouvé, malgré tout, la force de prendre sa revanche sur Myhrer, l’homme qui l’avait privé de l’or olympique à PyeongChang dans le« match »pour la troisième place. «Je ne pouvais pas rêver mieux pour lancer aussi bien ma nouvelle année», poursuivait le double-mètre de Bürchen prêt à enchaîner désormais cinq courses en janvier, le premier ce dimanche à Zagreb. Où il ne serait pas contre un nouveau coup de pouce du destin...

Votre opinion