Pandémie – «J’ai honte»: les obsessions de Dany Boon durant le confinement
Publié

Pandémie«J’ai honte»: les obsessions de Dany Boon durant le confinement

Gely hydroalcoolique sur le visage ou prises de températures en série: l’acteur hypocondriaque raconte ses excès.

Dany Boon lors de la promotion de «8 Rue de l’Humanité», son nouveau film.

Dany Boon lors de la promotion de «8 Rue de l’Humanité», son nouveau film.

AFP

Le nouveau film de Dany Boon, «8 Rue de l’Humanité» sera bientôt dans les salles. L’acteur français y campe un homme hypocondriaque lors du début de la pandémie de coronavirus. Et Dany Boon n’est pas allé chercher bien loin l’inspiration pour ce personnage: lui-même hypocondriaque, il a accumulé les comportements extrêmes durant le confinement.

L’acteur a ainsi expliqué dimanche dans «Sept à Huit», sur TF1, qu’il se désinfectait le visage avec du gel hydroalcoolique: «Ce qui est complètement débile. Ça brûle au bout d’un moment», a-t-il précisé.

Saturation en oxygène

Sûr que le virus persistait plus longtemps sur le plastique, l’humoriste privilégiait les emballages en carton pour ses commissions. Il est allé jusqu’à acheter un oxymètre pour mesurer sa saturation en oxygène. «Je le mettais au bon doigt mais pas du bon côté, donc j’ai eu 85%. En fait, il ne faut pas descendre en dessous de 94%, 95%. Donc j’ai appelé évidemment mon médecin pour lui dire: «Je suis à 83% de saturation.» Son docteur lui a rétorqué que si ça avait é le cas, il n’aurait pas été en mesure de lui parler…

Mais le plus fort est certainement l’obsession de la fièvre développée par Dany Boon. «Je prenais la température de tout le monde, j’avais un pistolet, un thermomètre. Je devais changer de pile à peu près tous les trois jours», a-t-il expliqué. «Je prenais la température de tout le monde, tout le temps. Au bout d’un moment, ça a énervé un peu mes proches, donc j’ai enlevé le petit bip qu’il y avait. Du coup je prenais de nuit, quand les personnes dormaient. C’est vrai en plus, c’est horrible! J’ai honte!» a-t-il raconté, mi-amusé mi-consterné.

Au final, malgré toutes ces précautions, l’acteur a tout de même été contaminé par le coronavirus. «Et là, j’étais un peu flippé», a-t-il lâché. On le croit.

(R.M.)

Votre opinion