Volleyball: Jamais salle n'aura aussi bien porté son nom
Publié

VolleyballJamais salle n'aura aussi bien porté son nom

La... Betoncoupe Arena de Schönenwerd, adversaire du LUC en demi-finale des play-off, n'est pas l'écrin le plus accueillant du sport suisse.

par
Blaise Craviolini
Une demi-finale des play-off de LNA mériterait peut-être écrin plus chaleureux... (capture d'écran)

Une demi-finale des play-off de LNA mériterait peut-être écrin plus chaleureux... (capture d'écran)

La saison 2018-2019 du championnat de LNA vit sa phase finale. Unique représentant romand dans le dernier carré, le Lausanne Université Club (LUC) a gagné l'acte I de sa demi-finale des play-off à Schönenwerd. Les Vaudois disputent l'acte II samedi à Dorigny et pourraient retourner dimanche - ils ne l'espèrent pas - en territoire alémanique pour une troisième confrontation décisive.

Schönenwerd, petite bourgade soleuroise de 4900 habitants non loin d'Olten, son église, ses commerces, ses jardins répertoriés au patrimoine national et son inoubliable... salle polyvalente. C'est le fief - bastion quasi imprenable - du TC Schönenwerd, un des clubs dominateurs émergents du volleyball suisse. Mais tout est ici froideur et sentiment d'hostilité. Comme si cette salle avait été creusée dans un immense bloc de béton.

Les joueurs du LUC - et des équipes adverses, tous championnats confondus - s'y sont accommodés, mais force est tout de même de reconnaître que l'enceinte - la Betoncoupe Arena de Schönenwerd, référence à une entreprise sponsor qui a aussi quelques antennes en Suisse romande - porte particulièrement bien son nom...

Votre opinion