Publié

Hockey sur glaceJan Alston réfute le mot crise

Après un revers gênant (3-5) concédé vendredi contre un GE Servette décimé par les absences et fatigué d’un match joué la veille, le directeur sportif du LHC a répondu aux questions qui fâchent.

par
Frédéric Lovis
Le directeur sportif du Lausanne HC essaie de rester positif.

Le directeur sportif du Lausanne HC essaie de rester positif.

Keystone

Jan Alston, Lausanne est-il en crise?

Non, nous ne sommes pas en crise. Le match de ce soir reflète notre saison. Nous avons vu du bon. Nous avons du potentiel. Il convient de mettre tout ça ensemble pour aller de l’avant. En ce moment, nous pêchons par des petites erreurs de naïveté et d’inexpérience - nous avons des jeunes joueurs en développement. Mais l’effort est plus ou moins là. Dans ce match contre GE Servette, les gars ont travaillé très fort pour faire passer la marque de 0-1 à 2-1. Mais on prend le 2-2 juste après en raison de cette naïveté dont je vous ai parlé.

Mais après?

Vous avez vu ce match comme moi. Il y a eu ensuite des erreurs mentales, et puis un peu de malchance aussi avec cette canne qui casse (ndlr: celle de Zanger, ce qui permet à Rod de marquer le 5-3 en contre-attaque et de tirer la prise). En plus, on perd deux joueurs ce soir.

Vous parlez de Vermin et Borlat, blessés durant le 1er tiers?

Voilà.

Vous pouvez nous en dire plus à leur sujet?

On ne sait pas. Les gars passent des tests en ce moment, on va attendre les résultats médicaux.

Pour en revenir à la première question, vous réfutez le mot crise.

Il faut continuer à se battre. Nous venons de regarder à l’instant comment préparer le déplacement de Davos samedi. Nous avons sept blessés. Il faut faire avec et faire au mieux. Il y a un bon esprit de groupe, les gars se battent. Il faut maintenant essayer de biffer ces erreurs défensives.

N’êtes-vous pas en train d’embellir la situation et de «parler beau», Jan Alston, alors que la situation au classement devient préoccupante pour le LHC?

Non. Nous avons des joueurs clés qui ne sont pas là, ça, c’est certain. Maintenant, il faut faire avec. Nous ne pouvons pas pleurer sur notre sort. Il faut se battre, c’est tout.

Avez-vous des solutions sous le coude pour aider votre équipe à sortir de cette situation?

Je pense que les gars font un super job. L’équipe joue de façon correcte. Maintenant, il faut éliminer ces erreurs de naïveté, ces erreurs mentales, ces erreurs d’apprentissage qui nous coûtent des buts.

Vous ne devriez pas parler d’erreurs monumentales plutôt que mentales?

Vous avez vu le match comme moi. Il y a des choses bêtes, mais ce qui nous a fait mal, c’est le 2-2. Si nous rentrons une deuxième fois dans le vestiaire avec un but d’avance, ça peut changer le match.

Où est passée cette solidité défensive que Lausanne affichait avec Ehlers, puis au début de la période Ratushny?

Nous savons que notre défense est à améliorer. C’est ce que nous faisons. Maintenant, nous avons beaucoup de défenseurs absents en ce moment et il faut continuer à se battre.

Mais GE Servette avait une liste nettement plus longue de défenseurs blessés ou absents ce soir…

Mais je sais, je sais.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!