Ski alpin: Janka vise toujours Pyeongchang
Publié

Ski alpinJanka vise toujours Pyeongchang

Pour atteindre les objectifs JO, Carlo Janka dispute cette semaine les entraînements de la descente à Garmisch-Partenkirchen.

Le Grison, à Garmisch-Partenkirchen le 25 janvier, lors de son premier entraînement depuis sa blessure .

Le Grison, à Garmisch-Partenkirchen le 25 janvier, lors de son premier entraînement depuis sa blessure .

Keystone

Carlo Janka a toujours les JO de Pyeongchang (9 - 25 février) dans le viseur.

Pour atteindre son objectif, le Grison dispute à nouveau cette semaine, comme à Wengen, les entraînements de la descente Coupe du monde de Garmisch-Partenkirchen.

Mais, en Allemagne comme dans l'Oberland bernois, Janka ne s'alignera pas samedi dans la course. Son genou droit (ligaments croisés déchirés) ne le supporterait pas encore. Le champion olympique (2010) et du monde (2009) de géant considère néanmoins chaque mètre parcouru comme un pas de plus vers son rêve sud-coréen et vers une confiance retrouvée.

«Je suis sur une corde raide», image le skieur en faisant référence à sa décision de ne pas subir d'intervention chirurgicale, faisant planer sur son articulation le risque de l'instabilité. «Ce genre d'entraînement est toutefois pour moi une manière d'avancer, tout en me montrant les limites de mes possibilités actuelles.»

«J'y crois encore»

Janka n'a pas disputé la moindre course cette saison. Ce qui ne l'empêche pas d'aspirer à disputer les Jeux. «J'y crois encore. Cependant, si un coureur de plus remplit les critères de sélection, ce serait terminé pour moi.» Pour l'heure, Beat Feuz, Patrick Küng, Marc Gisin, Mauro Caviezel et Gilles Roulin sont sélectionnables en descente alors qu'en super-G, seuls Feuz et Thomas Tumler ont atteint les limites fixées.

La décision finale reviendra à Swiss Olympic. Si cela ne tenait qu'à lui, Janka entreprendrait quoi qu'il en soit le voyage. «Il faudrait que je sois sur place pour monter en puissance.» Swiss Ski penche clairement pour cette option et a demandé à Swiss Olympic, il y a deux semaines, une dérogation pour le Grison, faisant jouer la clause médicale. «Attendons de connaître le verdict», glisse Janka.

Un skieur qui a participé, en début de semaine, aux entraînements avec le reste de l'équipe dans le Val Sarentino (ITA). Il y a disputé un super-G et un géant, et son genou a montré quelques signes de fragilité. «Cela peut toujours arriver. Il s'agit pour moi de limiter ces épisodes au maximum.»

(si)

Votre opinion