Coupe du monde 2022: «J’aurais aimé qu’Embolo joue pour nous…»

Publié

Qatar 2022«J’aurais aimé qu’Embolo joue pour nous…»

Rigobert Song a félicité Breel Embolo, le buteur suisse né à Yaoundé, en lui rendant hommage. Grande classe du sélectionneur du Cameroun malgré la défaite.

par
Daniel Visentini
(Doha)
Souriant malgré la défaite: la classe de Rigobert Song, qui a eu des mots touchant pour Breel Embolo, malgré le but marqué par le plus camerounais des attaquants suisses.

Souriant malgré la défaite: la classe de Rigobert Song, qui a eu des mots touchant pour Breel Embolo, malgré le but marqué par le plus camerounais des attaquants suisses.

AFP

Forcément, la mine est défaite. Mais le cœur est grand. Rigobert Song a parlé de la défaite du Cameroun en prenant de la hauteur. Grand homme. Il a parlé de Breel Embolo. Le buteur suisse de la victoire, né à Yaoundé.

«Cela fait partie du jeu, a-t-il souligné. Je suis content pour lui. On peut perdre, mais rester respectueux et fair play. Je suis fier, d’une certaine manière, que ce soit Breel qui ait marqué pour la Suisse. Même si j’aurais préféré qu’Embolo joue pour nous, l’avoir avec nous. C’est comme cela. Vous l’avez vu comme moi, il n’a pas célébré son but. Je le connais bien, nous nous téléphonons parfois. Je suis un peu son grand frère, son aîné. Mais ce n’est pas parce que nous ne portions pas les mêmes couleurs aujourd’hui qu’il faut que la famille se déchire.» Oui, classe, Rigobert Song.

Yakin satisfait

Murat Yakin aussi, dans son style. Il a pu compter sur l’efficacité, justement de son buteur. «L’efficacité, le tranchant que nous n’avions pas avant la pause, nous les avons eus après et je suis très content pour Breel. C’est une histoire incroyable qu’il a vécue. Il était ami avec les joueurs du Cameroun jusqu’au coup d’envoi et concurrent ensuite. C’est ainsi, le foot.»

La Suisse va pouvoir se concentrer sur le Brésil désormais, le gros morceau du groupe. «Nous avons déjà démontré que nous savions quoi faire face aux grandes équipes, que nous avions du courage, a lancé Yakin. Maintenant, nous avons une victoire en poche et c’est très bien de pouvoir commencer le tournoi comme cela.»

Sommer rassuré

Yann Sommer n’était pas dupe sur le contenu: quelques hésitations suisses qui auraient pu coûter cher en première période, des soucis collectifs parfois. «Oui, je suis d’accord, admettait le portier suisse. Tout n’a pas fonctionné comme prévu, mais c’est normal. C’était le premier match, il fallait que nous prenions nos repères. Les choses se mettent en place et cette victoire va nous faire du bien.»

Pas de souci avec sa cheville. «Non, pas de douleur, je suis rassuré, tout va bien», souriait Sommer. Avec les trois points du succès, tout va toujours mieux.

Ton opinion