Football: «J'aurais pu les envoyer dans un dortoir à 40 francs la nuit!»

Publié

Football«J'aurais pu les envoyer dans un dortoir à 40 francs la nuit!»

Président d'un Xamax relancé, Christian Binggeli tient à clore la polémique au sujet de la logistique du déplacement au Tessin. Le boss en profite pour dresser un premier bilan comptable.

par
Nicolas Jacquier
Keystone

Dimanche après-midi, Christian Binggeli était d'excellente humeur à Lugano au coup de sifflet final et l'on pouvait aisément comprendre pourquoi. En s'imposant 1-0, son Xamax venait d'abandonner la place de cancre de la Super League pour s'installer provisoirement au 8e rang. «Cette victoire a un goût extraordinaire, elle fait du bien à tout le monde. Les joueurs sont allés la chercher autant avec leur jeu qu'avec les tripes (ndlr: en seconde période). En ne tenant compte que de nos premières périodes, on serait même européen si le championnat s'arrêtait aujourd'hui.»

La vérité comptable n'en est pas moins assez proche de la réalité. «On peut néanmoins regretter nos quatre points perdus à Thoune et contre Servette, où l'on s'est chaque fois fait remonter (2-2), reprend notre interlocuteur. D'un autre côté, on en a gagné un à Zurich.» Pour assurer le maintien de son club, qu'il juge «capital» avant la probable ouverture de la Super League à douze équipe, le boss de la Maladière a fixé un objectif comptable très précis à ses joueurs. «39 ou 40 points à la fin du championnat», dévoile-t-il.

Au moment où certains ne manquent pas de lui reprocher les mesures d'économies imposées à l'équipe, son président a aussi tenu à préciser les circonstances du déplacement au Tessin, et notamment la décision de ne pas rejoindre Lugano directement après le match de jeudi soir à Lucerne. «Les joueurs ont aussi été consultés, détaille M. Binggeli. Les «vieux» n'étaient pas mécontents de rentrer. Pour ceux qui sont mariés, il était important de pouvoir retrouver leurs familles. Soyons clairs. Si j'avais vraiment voulu faire des économies, j'aurais pu les envoyer dans un dortoir à Tenero, à 40 francs la nuit!» En lieu et place, les Xamaxiens ont passé une nuit à l'hôtel Colorado, un trois étoiles proche du centre-ville.

Présent non loin de là, Gaëtan Karlen n'a pu vraiment donner raison à la démonstration de Christian Binggeli. «Je suis certes rentré à la maison mais je n'ai pas vu mon épouse car il y avait la Fête des vendanges!», devait s'exclamer le buteur du Cornaredo, cassant quelque peu la théorie présidentielle dans la bonne humeur.

La meilleure publicité qui soit pour le derby

Au-delà de cette question purement logistique, Xamax a prouvé qu'il n'était plus seul dans la gonfle – Thoune et Lugano le sont également. Sa première victoire de la saison en championnat constitue également la meilleure publicité pour le derby romand de samedi contre Servette. «Xamax n'a pas uniquement remporté trois précieux points. On a aussi gagné quelque 1000 spectateurs supplémentaires», se félicitait son président.

Nicolas Jacquier, Lugano

Ton opinion