Attentats de Paris: Jawad Bendaoud connaîtra son sort le 14 février
Publié

Attentats de ParisJawad Bendaoud connaîtra son sort le 14 février

Le verdict du procès du logeur des terroristes des attentats de Paris sera rendu dans une semaine. Une peine de quatre ans de prison a été requise.

1 / 13
Jawad Bendaoud avait été relaxé en première instance. Il a été condamné à 4 ans de prison en appel. (Vendredi 29 mars 2019)

Jawad Bendaoud avait été relaxé en première instance. Il a été condamné à 4 ans de prison en appel. (Vendredi 29 mars 2019)

AFP
Jawad Bendaoud écope de six mois de prison ferme. Il était jugé  pour des «menaces de mort» contre une victime des attentats du 13-Novembre. (Mardi 12 décembre 2018)

Jawad Bendaoud écope de six mois de prison ferme. Il était jugé pour des «menaces de mort» contre une victime des attentats du 13-Novembre. (Mardi 12 décembre 2018)

Le logeur des terroristes du 13 novembre s'est exprimé pour la première fois depuis qu'il a été relaxé le mois passé par la justice française. (Mercredi 7 mars 2018)

Le logeur des terroristes du 13 novembre s'est exprimé pour la première fois depuis qu'il a été relaxé le mois passé par la justice française. (Mercredi 7 mars 2018)

Capture d'écran BFMTV

La justice française rendra sa décision le 14 février dans le procès de Jawad Bendaoud. Il est jugé pour avoir logé deux djihadistes impliqués dans les attentats meurtriers du 13 novembre 2015 à Paris.

Une peine de quatre ans de prison a été requise mardi contre Jawad Bendaoud pour «recel de malfaiteurs terroristes». Il est jugé à Paris aux côtés de deux autres prévenus, Mohamed Soumah et Youssef Aït Boulahcen, qui comparaissent respectivement pour «recel de malfaiteurs terroristes» et «non-dénonciation de crime».

Jawad Bendaoud et Mohamed Soumah encourent six ans de prison ferme, alors que Youssef Aït Boulahcen risque cinq ans de prison.

Il s'agit du premier procès en lien avec les attentats du 13 novembre 2015, qui ont fait 130 morts à Paris et Saint-Denis.

Réparties et coups de colère

Les avocats de Jawad Bendaoud ont demandé sa relaxe. Pour sa dernière prise de parole au procès, le prévenu a répété qu'il ne savait pas que les deux hommes qu'il logeait, Abdelhamid Abaaoud, le cerveau présumé des attentats et son complice Chakib Akrouh, étaient des terroristes. Ces djihadistes sont morts dans le squat de Jawad Bendaoud à Saint-Denis, en banlieue parisienne, le 18 novembre 2015 au matin, lors de l'assaut des forces de l'ordre.

«Jusqu'à aujourd'hui, je ne comprends pas ce qui m'est arrivé», a déclaré le prévenu. «Peut-être que j'irai en enfer, mais pas pour avoir hébergé ces terroristes-là, parce que je ne savais pas que c'était des terroristes», a-t-il poursuivi.

Jawad Bendaoud a multiplié les coups de colère et les réparties depuis le début du procès, réseaux sociaux et médias compilant même des «best of» de ses phrases les plus insolites ou provocantes.

Le 13 novembre 2015, un commando de djihadistes a semé la mort aux abords du Stade de France, à des terrasses de cafés et restaurants et dans la salle de spectacle du Bataclan à Paris, tuant 130 personnes. Ce sont les attentats les plus meurtriers jamais commis en France.

(ats)

Votre opinion