Le quotidien de Navalny en prison: «Je dois m’asseoir des heures sur un banc, sous un portrait de Poutine»

Publié

Le quotidien de Navalny en prison«Je dois m’asseoir des heures sur un banc, sous un portrait de Poutine»

Transféré mi-juin dans un établissement situé à environ 250 km à l’est de Moscou, l’opposant russe détaille ses journées en détention, entre couture et «activités éducatives». 

 Le dimanche, c’est «jour de repos», mais il faut à nouveau retourner sur le banc «pendant dix heures», raconte Navalny. 

Le dimanche, c’est «jour de repos», mais il faut à nouveau retourner sur le banc «pendant dix heures», raconte Navalny. 

AFP

Le principal opposant russe Alexeï Navalny a raconté sur un ton grinçant vendredi son quotidien dans une prison ultrasécurisée où il a été transféré, entre ateliers de couture et séances «éducatives» sous un portrait de Vladimir Poutine.

«J’ignore qui ce genre d’activités peut «éduquer»»

Après l’entrée en vigueur d’une nouvelle condamnation judiciaire, l’opposant numéro un du Kremlin a été transféré mi-juin dans une prison située à environ 250 km à l’est de Moscou et réputée pour les mauvais traitements infligés aux détenus. Dans un message publié sur Instagram, Alexeï Navalny détaille son emploi du temps, avec lever chaque matin à 06h00 et travail dans un atelier de couture aménagé dans l’établissement.

«On reste pendant sept heures devant une machine à coudre, assis sur un tabouret plus bas que le niveau des genoux», indique Alexeï Navalny. Lorsqu’il ne coud pas, l’opposant doit se plier à des «activités éducatives» consistant à «s’asseoir pendant des heures sur un banc, sous un portrait de Poutine».

«J’ignore qui ce genre d’activités peut «éduquer», à part éventuellement un infirme avec le dos en compote», commente-t-il. «Le samedi, la journée de travail dure cinq heures. Puis on doit encore s’asseoir sur le banc sous le portrait», raconte l’opposant. Le dimanche, c’est «jour de repos», mais il faut à nouveau retourner sur le banc «pendant dix heures».

La colonie IK-6, où Alexeï Navalny est emprisonné. 

La colonie IK-6, où Alexeï Navalny est emprisonné. 

AFP

«Invoquer un démon violerait le règlement»

En dépit de ce rude quotidien, Alexeï Navalny dit rester «optimiste» et avoir appris par coeur et en anglais des passages de «Hamlet», de Shakespeare. «Les prisonniers qui travaillent avec moi disent que lorsque je ferme les yeux et marmonne des choses dans un anglais shakespearien (...), on dirait que j’invoque un démon», plaisante Alexeï Navalny. «Mais cela ne me traverse même pas l’esprit, car invoquer un démon serait une violation du règlement intérieur», ajoute l’opposant, qui accuse régulièrement les autorités carcérales de lui reprocher des infractions fictives pour durcir ses conditions de détention.

Blogueur anticorruption et principal opposant de Vladimir Poutine, Alexeï Navalny a été arrêté en janvier 2021 à son retour de Berlin, où il avait passé plusieurs mois en convalescence après avoir survécu de peu à un empoisonnement dont il tient le président Poutine pour responsable.

(AFP)

Ton opinion

13 commentaires