Publié

Paléo«Je lutte contre le futur»

Robert Smith a reçu «Le Matin» dans sa loge mercredi, après un concert où The Cure nous a offert un vrai best of. Extraits de cette rencontre.

par
Laurent Flückiger
Keystone

Comment choisissez-vous votre setlist ?

Je ne pense pas avoir joué la même setlist en 16 concerts cet été. On joue toujours «One Hundred Years» et «Just Like Heaven» et «Lovesong». Je sais que si j'assistais en tant que jeune à un concert de The Cure pour la première fois, c'est ce que je voudrais entendre. Si j'étais jeune et que j'allais écouter David Bowie, je voudrais entendre les tubes. Si tu joues les chansons bizarres à un grand public, elles doivent être vraiment bonnes. Mais j'ai senti que ce soir (mercredi), il y avait un besoin réel d'être totalement différent et on a ajouté des morceaux qu'on n'avait jamais joué, comme «Lovecats» et «Close To Me».

Vous avez l'intention de faire un album solo depuis des années. Qu'est-ce qu'il en est ?

Je le ferai. Quand ce sera la fin de Cure. Il y aura un nouvel album après cette tournée. On a déjà quelques chansons horriblement catchy (rires). Ça me rend malade. C'est toujours mon rêve de créer l'album parfait de Cure. Je réalise que je lutte contre le futur. Je n'ai pas de smartphone, je n'ai pas d'ipad.

Comment composez-vous vos chansons ?

Je chante, simplement.

Lequel de vos albums touche la perfection, selon vous?

Si j'étais malin, je dirais le prochain (rires).

Ton opinion