Hockey sur glace – «Je n’ai pas changé mon jeu, je fais les mêmes trucs qu’avant»
Publié

Hockey sur glace«Je n’ai pas changé mon jeu, je fais les mêmes trucs qu’avant»

Le HC Ajoie revient à la Vaudoise aréna mardi, là où Thibault Frossard avait marqué un but extraordinaire en finale de la Coupe de Suisse contre Davos en février 2020. Le centre du HCA s’est entre-temps révélé au plus haut niveau.

par
Cyrill Pasche
Thibault Frossard continue d’être un joueur dominant, même dans l’élite du hockey suisse. 

Thibault Frossard continue d’être un joueur dominant, même dans l’élite du hockey suisse.

Jonathan Vallat/freshfocus

Dimanche après-midi à Rapperswil, le duel des top-scorers était forcément déséquilibré. D’un côté Thibault Frossard, révélation – à 28 ans – de la saison de National League, sa première dans l’élite du hockey suisse. De l’autre le prodige Roman Cervenka, sans doute le meilleur attaquant du championnat à l’heure actuelle. Le routinier tchèque a fait basculer la rencontre en accélérant à trois reprises, le temps de marquer un but (le 3-1) et de délivrer deux passes en or sur le 1-1 et le 4-1.

Frossard, de son côté, n’a pas démérité et quitté la glace saint-galloise avec un assist au compteur, son 19e point de l’exercice en 27 matches. Pendant ce temps, Cervenka portait son total de points à 37 unités en 28 parties (2e compteur de la ligue derrière Jesper Olofsson, même nombre de points mais un match en moins). «Cervenka, qu’est-ce qu’il est fort!», souffle le top-scorer du HC Ajoie. «Tous ces petits jeux qu’il réussit autour du but, c’est impressionnant. Il est tellement habile et intelligent sur la glace. Jouer contre lui, c’est vraiment compliqué…»

Doué techniquement, Frossard s’est adapté facilement aux exigences de la National League. 

Doué techniquement, Frossard s’est adapté facilement aux exigences de la National League.

freshfocus

Thibault Frossard, un centre de métier, découvre à peine l’élite du hockey national, à 28 ans, après avoir bâti une solide carrière à l’échelon inférieur avec le HCA, son club formateur. Jusqu’au printemps dernier, la National League n’était qu’un rêve inaccessible. Cette saison au HC Ajoie, et contre toute attente, c’est lui qui a porté le plus souvent le maillot de top-scorer.

«Je ne suis pas le joueur le plus costaud, alors j’essaie de m’en sortir en étant un peu plus malin sur la glace»

Thibault Frossard, top-scorer du HC Ajoie

S’attendait-il à ce que son adaptation à un niveau de jeu supérieur se passe aussi bien? «Non, pas vraiment, soupire le joueur de centre. J’en ai été le premier surpris. J’ai simplement essayé de jouer mon jeu, sans trop me poser de questions, et cela a bien fonctionné depuis le début. J’ai eu de la réussite aussi. Tout va beaucoup plus vite et tout est plus compliqué. Je ne suis pas le joueur le plus costaud, alors j’essaie de m’en sortir en étant un peu plus malin sur la glace. Au final, je n’ai pas vraiment changé mon jeu. Je fais un peu les mêmes trucs que je faisais déjà en Swiss League.»

Pour le HCA, il sera dur de conserver Frossard

Thibault Frossard, dont le contrat expire en 2023, suscite de l’intérêt auprès des clubs de National League. 

Thibault Frossard, dont le contrat expire en 2023, suscite de l’intérêt auprès des clubs de National League.

Jonathan Vallat/freshfocus

Le contrat de Thibault Frossard au HC Ajoie expire au printemps 2023, après la deuxième saison dans l’élite du club jurassien. Même si le HCA venait à se maintenir par ses propres forces dans l’élite d’ici-là (réinstauration de la relégation dès 2023), il lui sera très compliqué de conserver son meilleur attaquant suisse.

Premièrement, Frossard a largement fait ses preuves cette saison et plusieurs club ont déjà tâté le terrain en vue d’un éventuel engagement à compter de la saison 2023-2024. «C’est correct, des clubs se sont renseignés. Mais je n’ai pas d’offres concrètes», confirme l’attaquant jurassien.

Deuxièmement, son salaire est largement inférieur à 100’000 francs, ce qui en fait sans doute le joueur suisse avec le meilleur rapport qualité-prix à l’heure actuelle. La plupart des joueurs helvétiques aux performances et statut similaires touchent entre trois et cinq fois plus que le centre du HC Ajoie.

Troisièmement, à l’approche de la trentaine, ce sera pour lui la dernière grande chance d’obtenir un contrat lucratif dans un club plus huppé. «Je n’exclus rien et je suis ouvert à tenter ma chance ailleurs si l’opportunité se présente à l’expiration de mon contrat», admet l’ancien junior du club jurassien. «J’aime le HC Ajoie, c’est mon club. Mais voilà, à mon âge et à ce stade de ma carrière, si une chance de jouer le titre et de décrocher un bon contrat venait à se présenter, ce serait vraiment difficile de passer à côté.»

Mardi, Thibault Frossard et le HCA retournent à Lausanne, dans la patinoire où ils ont signé un de leurs plus grands exploits: remporter la Coupe de Suisse 2020 contre Davos devant un public jurassien en délire. Thibault Frossard avait ce jour-là marqué un but phénoménal. «Ce match, c’était un moment exceptionnel. Il y avait tout: l’enjeu historique, le public, l’ambiance. Et puis ce but que j’ai marqué… Oui, c’était quelque chose. Sans doute le plus important de ma carrière.»

Pour la petite histoire, le HC Ajoie, qui campe désormais sur quatre défaites de rang en championnat, n’a encore jamais perdu à la Vaudoise aréna. «On va essayer de rester invaincus là-bas», sourit Frossard. Une victoire, enfin, et peut-être même un autre but de derrière les fagots du top-scorer, comme en février 2020 lors de la mémorable finale de la Coupe de Suisse? Il ne manquerait plus que ça…

Votre opinion