Football - «Je n’ai pas de contrat, Christian ne peut pas me foutre dehors!»
Publié

Football«Je n’ai pas de contrat, Christian ne peut pas me foutre dehors!»

Proche de Christian Constantin, Alex Burgener accompagne le boss du FC Sion sur toutes les pelouses. Il évoque la genèse de leur amitié avant l’emballage final, lancé avec la venue de Lucerne à Tourbillon mercredi.

par
Nicolas Jacquier
Christian Constantin et Alex Burgener dans les tribunes saint-galloises ce dimanche.

Christian Constantin et Alex Burgener dans les tribunes saint-galloises ce dimanche.

Marc Schumacher/freshfocus

Dimanche, le réalisateur de Saint-Gall - Sion (0-3) a souvent eu l’occasion de s’attarder sur Christian Constantin, de percevoir la tension qui habitait le patron du FC Sion en première période, puis le relâchement - certes très relatif - quand le match a tourné en faveur des visiteurs. Présent à ses côtés dans les tribunes du kybunpark, un homme moins connu médiatiquement mais qui l’accompagne à chaque match du FC Sion. Voici plusieurs années qu’Alex Burgener occupe le rôle de confident et d’oreille attentive.

«On parle de tout, de football bien sûr, mais aussi du monde, d’économie, des femmes, etc. On s’est trouvé, chacun a ses forces et accepte l’autre comme il est. On peut se parler durant des heures.»

A l’origine de leur amitié, née en 2007 lors du transfert de Gelson Fernandes à Manchester City, une rogne tenace remontant au premier coach de l’ère Constantin 15 ans plus tôt. «A l’occasion d’une raclette à Randa chez un ami commun, Christian m’a demandé pourquoi je ne venais plus suivre les matches du FC Sion à domicile. Je lui ai répondu que je lui en voulais toujours d’avoir viré à l’époque mon pote Jean-Paul Brigger! Cela a commencé comme ça…»

Outre la passion du football, la montagne a aussi rapproché le promoteur et le gestionnaire de fortune. «On s’est souvent entraîné ensemble pour la Patrouille des Glaciers.» Le Zermattois a déjà participé à dix éditions, chaque fois sur le grand parcours – «une seule fois, je n’ai pas pu rallier l’arrivée à Verbier», précise-t-il.

«Fabio Grosso a beau avoir été champion du monde, il a vraiment fait de la m… avec Sion»

Alex Burgener

Le rendez-vous saint-gallois a confirmé l’importance de Guillaume Hoarau dans le dispositif de Marco Walker. Placardisé avec Grosso, le Réunionnais s’est depuis mué en sauveur. «Quand je vois jouer Guillaume, je ne m’explique pas comment Fabio Grosso a pu se passer d’un type comme lui aussi longtemps. Il a beau avoir été champion du monde, il a vraiment fait de la m… avec Sion (...) Hoarau ne se contente pas d’être un leader qui marque, il bonifie aussi les autres. Grâce à lui, Karlen est devenu un autre joueur.»

Saint-Gall et Zurich aussi dans la gonfle

Rien n’est pour autant acquis. Sion demeure en position de relégué à l’entame de l’emballage final. Une lutte qui ne se circonscrit toutefois plus en un mano à mano avec Vaduz comme on a longtemps pu le penser mais qui concerne aussi Saint-Gall et Zurich, désormais également plongés dans la gonfle.

Proche de l’équipe et de son président, Alex Burgener suit le FC Sion un peu partout.

Proche de l’équipe et de son président, Alex Burgener suit le FC Sion un peu partout.

freshfocus

Avant de se projeter ou de se livrer à des calculs, le club valaisan devra se concentrer sur la venue d’un FC Lucerne qui marche du tonnerre de dieu avec quatre victoire de rang en championnat et un billet pour la finale de la Coupe. S’il entend changer de rôle et se glisser dans celui de barragiste, Sion devra surtout s’imposer à Tourbillon, ce qu’il n’a fait qu’à trois reprises cette saison (contre Servette, Vaduz et Saint-Gall). «Les choses sont peut-être en train de tourner, reprend notre interlocuteur. Walker a trouvé une équipe qui me plaît. Dans la situation du FC Sion, il faut toujours un peu de chance aussi.»

«Il me dit beaucoup de choses et moi aussi. Dans l’entourage du club, il y a trop de monde qui n’ose pas lui dire la vérité»

Alex Burgener

Quoi qu’il advienne, Alex Burgener, mi-gourou, mi-confident, continuera d’accompagner Christian Constantin un peu partout, de s’installer non loin de lui. «Il me dit beaucoup de choses et moi aussi. Dans l’entourage du club, il y a trop de monde qui n’ose pas lui dire la vérité. Moi, j’ai cette liberté-là. Je n’ai pas de contrat avec lui, Christian ne peut pas me foutre dehors! (Rires)»

Ce mercredi, Alex Burgener s’installera dans les tribunes de Tourbillon, où il a ses entrées. On le retrouvera ensuite samedi soir dans celles du Cornaredo. «Je ne m’impose jamais. Mais si Christian me demande de venir, je l’accompagne volontiers…»

Votre opinion