Football: «Je ne cautionne pas, mais je peux comprendre»
Publié

Football«Je ne cautionne pas, mais je peux comprendre»

Président de Lausanne-Sport, Alain Joseph a eu «mal au cœur» de voir son collègue et ami Christian Constantin dans cet état.

par
Renaud Tschoumy
Alain Joseph

Alain Joseph

Keystone

- Alain Joseph, vous qui connaissez bien Christian Constantin, que vous inspire son geste sur Rolf Fringer, jeudi soir à Lugano?

«Je dirai que j'ai eu mal au cœur pour lui, en le voyant dans son interview à la télévision. Je lui avais fait un SMS tout de suite après la victoire de Sion, sans savoir ce qui allait se passer. Quand j'en ai été mis au courant, je lui a fait un deuxième SMS, du genre: «Zut, moi qui voulais t'inviter à manger avec Fringer! Je dis à ma femme qu'elle annule alors?» Après coup, je me dis que j'ai vu un Christian très touché. A son souffle, à son visage, il était marqué. Ce n'était pas lui. Des fois, on ne se met pas à la place d'un président, qui investit son temps, sa passion, son argent. Et il arrive que le verre déborde.»

- Vous ne cautionnez pas son geste, tout de même?

«Non, du tout! Malgré toute l'amitié que j'ai pour Christian, je ne peux pas cautionner la violence. Taper quelqu'un n'est jamais une solution. C'est visiblement celle que Constantin a trouvée, mais ce n'est pas ainsi que l'on résout les problèmes. Rien ne justifie des coups. Comment répondre sans violence quand on est à bout? C'est toute la question. Et même si Christian affirme le contraire, je suis sûr que, quelque part, il doit regretter son geste.»

- Constantin doit-il s'attendre à une longue interdiction de stade, selon vous?

«Le suspendre, ce serait la facilité. Je ne vois pas ce que cela amènerait. Dans le fond, c'est une affaire entre deux personnes. Et aucune de ces deux personnes n'est toute blanche ou toute noire. Moi-même, lorsque je m'en suis pris verbalement à l'arbitre M. Jaccottet, je ne savais pas ce que j'encourais, et cela s'est fini par une amende (ndlr: 1000 francs). Il y aura forcément des suites, j'espère simplement que ce conflit ne se réglera pas en première page des sites ou des journaux.»

Votre opinion