Italie - «Je suis amoureux», lance le prêtre à la fin de la messe
Publié

Italie«Je suis amoureux», lance le prêtre à la fin de la messe

En pleine cérémonie, dimanche, et devant l’évêque, un prêtre du diocèse de Todi, dans le centre du pays, a avoué son amour pour une femme et décidé de raccrocher sa soutane.

Le prêtre, dont les quotidiens nationaux relataient l’histoire, mardi, a été suspendu de son service et les formalités ont été entamées pour le rendre à l’état laïc. (photo d’illustration=

Le prêtre, dont les quotidiens nationaux relataient l’histoire, mardi, a été suspendu de son service et les formalités ont été entamées pour le rendre à l’état laïc. (photo d’illustration=

AFP

«Mon cœur est amoureux»: c’est avec ces mots que don Riccardo Ceccobelli, prêtre du diocèse de Todi, dans le centre de l’Italie, a demandé à son supérieur, à la fin de la messe, d’accrocher sa soutane à un clou. «Mon cœur est amoureux, même si je n’ai jamais eu la possibilité de trahir les promesses que j’ai faites. Je veux essayer de vivre cet amour», a dit don Riccardo, à son supérieur, l’évêque Gualtiero Sigismondi, selon un communiqué du diocèse.

Le prêtre, dont les quotidiens nationaux relataient l’histoire, mardi, a été suspendu de son service et les formalités ont été entamées pour le rendre à l’état laïc, selon la même source.

«Toute ma gratitude à don Riccardo pour le service effectué jusqu’à présent. Et avant toute chose, je lui adresse mes vœux les plus sincères pour que ce choix, fait en pleine liberté comme lui-même me l’a dit, puisse lui assurer paix et sérénité», a déclaré Mgr Sigismondi.

Choix difficile

Le prêtre déchu assure que ce choix a été difficile pour lui qui aime et respecte l’Eglise. «Je ne peux pas ne pas continuer à être cohérent, transparent et correct avec elle (ndlr: l’Eglise) comme je l’ai toujours été jusqu’à présent», a-t-il dit, selon le communiqué. Ces «aveux», en direct devant ses ouailles et en présence de l’évêque, ont été faits au cours de la messe de dimanche.

Selon le Corriere della Sera, «tout le monde le savait» dans cette petite localité, près de Pérouse, «l’information circulait, don Riccardo avait été vu avec une femme». Aucun mot cependant ni dans les médias ni dans le communiqué du diocèse sur l’identité de la femme pour laquelle don Riccardo a raccroché sa soutane.

(AFP)

Votre opinion