Confidences: «Je suis vraiment heureuse. C’est le début d’une nouvelle vie»
Actualisé

Confidences«Je suis vraiment heureuse. C’est le début d’une nouvelle vie»

Fraîchement condamnée à six mois de prison pour avoir poignardé son compagnon, Nabilla a décroché un rôle dans la série «Aïcha» de France 2.

par
K.A.
1 / 1
AFP

La récente condamnation de Nabilla Benattia à six mois de prison - mais aménageables, pour avoir poignardé son compagnon Thomas Vergara à deux reprises en 2014 - ne semble visiblement pas déranger France 2. En effet, la starlette a décroché un rôle dans une série TV, diffusée sur la chaîne française.

«Je vais tourner en septembre dans la série «Aïcha». J’incarnerai un nouveau personnage, mais je ne peux pas en dire plus car Yamina Benguigui (la créatrice de la fiction, ndlr) n’a pas encore terminé d’écrire le scénario», a-t-elle confié dans une interview accordée à Paris Match.

«Début d’une nouvelle vie»

Heureuse de cette nouvelle vie qui démarre, elle n'a pas manqué à souligner son ambition: une carrière à la Marion Cotillard, une de ses idoles qu'elle a d’ailleurs eu l’honneur de rencontrer une fois. «La télévision, tout du moins à l’heure actuelle, ne m’intéresse plus. J’ai 24 ans et parfois, j’ai l’impression que j’en ai 107 tant j’ai usé toutes les cordes de la télé! Aujourd’hui, je désire autre chose et c'est jouer la comédie, pour le plaisir de ne plus être moi pendant quelques heures.»

Un futur film autobiographique

Actuellement en promotion pour son livre «Trop vite», nos confrères de Paris Match l'ont questionnée sur le succès de son œuvre. «C’est incroyable, inimaginable même!», a-t-elle reconnu. «Quand je vais à mes signatures, il y a des enfants, mais aussi des parents et des grands-parents. Des gens qui se reconnaissent en moi par rapport à ma vie, ma religion ou mon récent "accident" de parcours. J’ai l’impression d’avoir passé un cap.»

Elle a aussi confié qu'elle ne comptait pas en écrire un second, mais qu'en revanche, elle envisage de tourner un film sur sa vie d'ici cinq ou six ans. L'idée lui serait venue en visionnant le film «Bienvenue à Marly-Gomont» de Kamini. «Il parlerait de mon père musulman, de ma mère française, des médias et d’amour», a-t-elle détaillé.

Votre opinion