Actualisé

Témoignage«Je veux aider d'autres à faire comme moi»

Après avoir perdu 90 kilos en moins d'un an, un jeune Lausannois s'est fixé un nouvel objectif: aider les obèses à maigrir. Avec la seule recette qui marche: manger moins, bouger plus.

par
Pascale Bieri

Aujourd'hui, Alexandre Biard-Chauvet pèse 62 kilos… Soit 90 de moins qu'il y a un an. «Qui aurait pu croire ça, il y a seulement douze mois? En tout cas, pas moi!» lance ce Lausannois de 24 ans qui souffrait d'obésité depuis des années. Et pourtant! Employé de commerce, il a eu un sursaut en janvier 2014, au lendemain de l'enterrement de sa maman, décédée après cinq ans d'un long combat contre le cancer. «Je me suis pesé et j'ai pris peur en voyant la balance afficher 152 kilos. Je me suis dit que je ne pouvais pas rester comme ça où que sinon j'allais rapidement la rejoindre.»

Pas de régime

Mais par quel miracle, Alexandre Biard-Chauvet a-t-il ainsi fondu, passant d'un BMI morbide de 52,05 à celui de 23,35? Aucun, justement. «Je n'ai subi aucune opération, suivi aucun régime… J'ai simplement mangé moins et fait du sport.» Autrement dit, suivi les règles de base prônées par tout spécialiste sérieux en nutrition. En réalité, le jeune Vaudois a bien tenté une diète: celle suivie par le syndic de Lausanne, Daniel Brélaz, dans un institut de médecine chinoise. «C'était trop contraignant pour tenir sur le long terme, dit-il. De plus, le sport était déconseillé pendant le régime. J'ai donc rapidement laissé tomber.»

Le chemin vers l'obésité débute en 2007 pour Alexandre Biard-Chauvet. «J'ai commencé à prendre du poids en 2007, suite à la tentative de suicide de ma sœur jumelle: 30 kilos. Puis une succession de malheurs, dont la maladie de ma maman, m'en a fait prendre 10 de plus par an. Je mangeais surtout des chips, des tonnes de chips. Et je ne sortais quasi plus pour prendre soin d'elle. Je vivais dans une sorte de bulle…»

5 kilos de peau en moins

Jusqu'au jour du déclic. Il se met alors à la natation. «J'en ai bavé au début, je n'avais aucun souffle. D'ailleurs, même répondre au téléphone en marchant était impossible, mais j'ai rapidement fait des progrès, ce qui était très motivant. En parallèle, j'ai mis en place une façon de m'alimenter plus saine et commencé à faire la cuisine, en privilégiant les fruits et les légumes ainsi que la viande et le poisson…»

En moyenne, le jeune homme a fondu de 2,05 kilos par semaine, suivi par des médecins. Mais n'est-ce pas un peu rapide? «En réalité, je m'étais fixé deux ans pour atteindre mon objectif. Mais c'est allé beaucoup plus vite. Et pas une seule fois, jusqu'à la stabilisation, je n'ai repris un gramme. J'ai perdu du poids pendant 41 semaines. Là, je suis en phase de stabilisation depuis 16 semaines.» Toutefois, Alexandre Biard-Chauvet n'a pas pu éviter une intervention de chirurgie réparatrice. «J'avais la peau qui pendait, ce qui était handicapant. On m'a retiré l'équivalent de 5 kilos sur les bras, le dos et le ventre. Je devrai encore subir une opération pour les jambes.»

De retour dans son corps de mince, celui qu'il avait avant 2007, le jeune Lausannois est rayonnant. «Quel dommage de ne pas avoir eu le déclic avant», dit-il toutefois. Même s'il refuse de considérer sa perte de poids comme une épreuve. «Je n'ai jamais souffert de la faim, ni été pris d'envie irrépressible pour un aliment quelconque. De toute manière, je ne peux pas me plaindre, après avoir vu le courage avec lequel ma maman a supporté sa maladie et les 120 chimiothérapies qu'elle a dû subir.» Alexandre Biard-Chauvet n'éprouve aucune fierté non plus pour son marathon vers la minceur. «En revanche, je suis content et bien dans ma peau. Et je sais que jamais je ne reprendrai ce poids, car j'ai acquis une nouvelle façon de manger.»

Par ailleurs, pour donner plus de sens encore à ce qu'il a vécu, le jeune Vaudois veut maintenant aider d'autres jeunes souffrant d'obésité à retrouver leur poids de forme, en apportant son témoignage et son soutien dans des centres spécialisés dans la perte de poids.

«Il est important d'être suivi»

Ton opinion