Syrie: «Je voudrais dire: donnez-moi une seconde chance»
Publié

Syrie«Je voudrais dire: donnez-moi une seconde chance»

Une réalisatrice espagnole a pu rencontrer des femmes de djihadistes parties en Syrie. Aujourd’hui, le retour de ces femmes pose question.

Shamima Begum avait 15 ans quand elle a quitté Londres pour la Syrie.

Shamima Begum avait 15 ans quand elle a quitté Londres pour la Syrie.

AFP

«Je m’appelle Shamima. Je viens du Royaume-Uni. J’ai 19 ans», lance-t-elle avec un petit rire nerveux, au milieu d’une pièce remplie d’autres jeunes femmes et de bébés agités.

On pourrait croire à un banal groupe de soutien à des jeunes mères isolées, mais Shamima fait partie des «épouses de jihadistes» parties en Syrie pour rejoindre les territoires contrôlés à l’époque par l’organisation Etat islamique (EI) et dont le sort suscite désormais controverse et malaise dans leurs pays d’origine.

Partie de Grande-Bretagne alors qu’elle n’avait que 15 ans, Shamima Begum a été déchue de sa nationalité et la justice britannique refuse son retour dans le pays. Elle témoigne, avec d’autres épouses de jihadistes, dans le documentaire «The Return: Life After Isis» («Le retour: la vie après l’EI») présenté mercredi au festival South by Southwest d’Austin, au Texas.

«J’étais encore jeune»

La réalisatrice espagnole Alba Sotorra a obtenu un accès privilégié à Shamima et à d’autres Occidentales détenues depuis 2019 dans le camp de Roj, contrôlé par la coalition des Forces démocratiques syriennes (FDS). «Je voudrais dire aux gens au Royaume-Uni: donnez-moi une seconde chance parce que j’étais encore jeune quand je suis partie», dit la jeune femme dans le film. «Je veux juste qu’ils mettent de côté tout ce qu’ils ont pu entendre sur moi dans les médias», ajoute-t-elle.

Shamima Begum avait quitté en 2015 avec deux amies le Royaume-Uni, où elle est née et a grandi, pour la Syrie. Sur place, elle a épousé un jihadiste de l’EI d’origine néerlandaise, de huit ans son aîné. Après avoir fui les combats, elle s’est retrouvée dans un camp où elle a accouché d’un bébé, décédé quelques semaines après sa naissance. Ses deux premiers enfants, nés en Syrie, sont morts eux aussi.

Propagande

Elle avait été découverte en février 2019 dans le camp par des journalistes britanniques alors qu’elle était enceinte et n’avait alors exprimé aucun remords sur sa vie avec l’EI, ce qui avait choqué l’opinion publique.

Shamima Begum et ses camarades donnent une image bien différente dans le documentaire d’Alba Sotorra, qui suit des «ateliers» durant lesquels les jeunes femmes écrivent une lettre à celles, souvent naïves, qu’elles étaient lors de leur départ vers la Syrie.

«On savait que la Syrie était une zone de guerre et je m’y suis quand même rendue avec mes enfants ; quand j’y pense je ne comprends même pas comment j’ai pu faire ça», affirme une Occidentale.

L’Ei «piégeait les gens»

Shamima Begum explique de son côté qu’elle se sentait comme une «étrangère» à Londres et qu’elle voulait «aider les Syriens». Elle assure qu’à son arrivée sur place, elle s’est vite rendu compte que l’EI «piégeait les gens» pour gonfler ses rangs, et amplifier sa propagande.

C’est en gagnant la confiance de combattants kurdes lors d’un précédent film qu’Alba Sotorra a pu se faire ouvrir les portes du camp de Roj, où elle a fait la rencontre des détenues.

«Je n’arriverai jamais à comprendre comment une femme occidentale peut prendre la décision de tout laisser tomber pour rejoindre une organisation qui perpétrait des atrocités telles que celles de l’EI», dit la réalisatrice à l’AFP. «Mais maintenant je comprends comment on peut commettre une erreur», poursuit-elle.

«Je vivais dans la peur»

Lorsqu’elle était arrivée en mars 2019, les jeunes femmes venaient de sortir des zones de combat et étaient «bloquées… elles ne pensaient pas, ne ressentaient rien». «Shamima était un bloc de glace lorsque je l’ai rencontrée. Elle a perdu un enfant quand j’étais là… il lui a fallu du temps pour pouvoir pleurer», se souvient la réalisatrice, qui met cela sur le compte d’un réflexe de «survie».

Alba Sotorra cite aussi la présence dans le camp d’un noyau, «petit mais très puissant», de «femmes plus radicalisées» qui restent dévouées à l’Etat islamique et exercent des pressions sur les autres détenues.

Dans le film, Shamima Begum affirme qu’elle «n’a pas eu d’autre choix que de dire certaines choses» aux journalistes qui l’avaient trouvée, «car je vivais dans la peur que ces femmes viennent sous ma tente pour me tuer moi et mon bébé.»

«Je n’ai jamais fait de mal»

On risque de ne jamais connaître exactement ce que savaient ces femmes des viols, tortures, et massacres, commis par l’EI. Shamima Begum jure avoir tout ignoré de ces crimes et dément y avoir pris une quelconque part.

«Je n’ai même jamais eu d’amende de stationnement… Je n’ai jamais fait de mal à qui que ce soit, je n’ai jamais tué personne, je n’ai rien fait», proteste une autre détenue, Kimberly Polman, quadragénaire canadienne. «Peut-être que ton mari a tué mon cousin», rétorque, sceptique, une femme kurde.

Pour Alba Sotorra, autoriser le retour de ces femmes dans leur pays pourrait être utile pour éviter aux générations futures de commettre les mêmes erreurs. «Il leur a fallu du temps pour se rendre compte qu’elles avaient une part de responsabilité dans leur choix. Elles ne peuvent pas juste penser «OK, je regrette, je rentre, comme si rien ne s’était passé» (…) Il faut accepter les conséquences», estime la réalisatrice.

(AFP)

Votre opinion