France - Jean Castex croule sous les petites culottes
Actualisé

FranceJean Castex croule sous les petites culottes

Les magasins de lingerie protestent contre leur fermeture de manière originale.

Une des culottes envoyée au premier ministre français.

Une des culottes envoyée au premier ministre français.

Twitter

80 gérantes de magasins de lingerie ont envoyé une culotte à Jean Castex, indiquait hier LCI. Depuis, le mouvement continue et on a certainement dépassé les cent petites culottes envoyées au premier ministre français, à Matignon.

Cette «action culottée» est une manière originale et décalée de protester contre les fermetures des boutiques de lingerie, jugées non essentielles en temps de pandémie de coronavirus. «On sollicite le gouvernement de manière rigolote mais pas totalement idiote. On dit que nous ne sommes pas essentiels, mais n’est-ce pas une question d’hygiène et de protection que de mettre une culotte le matin? Il y a un sentiment d’injustice. Pourquoi serait-on discriminé par rapport aux libraires, coiffeurs ou fleuristes?» explique au «Dauphiné» Christine Jenouvrier, gérante du magasin Souffle de soie, à Albertville.

Les échoppes de sous-vêtements estiment aussi que leurs magasins, souvent de petite taille, ne sont pas vraiment propices à la circulation du virus. Et déplorent surtout une inégalité de traitement car de nombreuses grandes surfaces ont conservé un rayon lingerie accessible.

On ne sait pas si Jean Castex sera sensible à cette mobilisation culottée. Mais il peut débuter une collection, s’il le souhaite…

(R.M)

Votre opinion