«Crime sexuel» – Jennifer Lawrence encore traumatisée par le piratage de ses photos de nu
Publié

«Crime sexuel»Jennifer Lawrence encore traumatisée par le piratage de ses photos de nu

L’actrice a expliqué que si l’affaire, qui a éclaté en 2014, est réglée en justice, elle en garde des séquelles.

«N’importe qui peut aller regarder mon corps nu sans mon consentement, à n’importe quel moment de la journée», redoute-t-elle.

«N’importe qui peut aller regarder mon corps nu sans mon consentement, à n’importe quel moment de la journée», redoute-t-elle.

Getty Images

Jennifer Lawrence est toujours aux prises avec le «traumatisme» de la fuite de photos d’elle nue. En 2014, l’actrice a été l’une des victimes du scandale de piratage de photos privées de célébrités dénudées, dans lequel plusieurs images d’elle ont été publiées en ligne. À l’époque, elle avait souligné que les photos n’avaient jamais été destinées à être vues par le public et a comparé ce piratage à un «crime sexuel» et à une «violation sexuelle».

Revenant sur l’incident dans une interview pour le numéro de décembre 2021 du magazine «Vanity Fair», elle a affirmé que cela avait eu un impact durable sur sa vie. «N’importe qui peut aller regarder mon corps nu sans mon consentement, à n’importe quel moment de la journée, a-t-elle déclaré. Quelqu’un en France vient de les publier. Mon traumatisme existera pour toujours. » Jennifer Lawrence fait référence à la publication de ses photos par le magazine de Jean-Marie Bigard. La société Medialyd, qui édite la publication de l’humoriste, a été condamnée pour «atteinte à l’intimité de sa vie privée, doublée d’une atteinte au droit dont elle dispose sur son image» et à payer 20’000 euros d’amende.

Elle a échappé à Weinstein

Jennifer Lawrence a également parlé de sa colère face à la façon dont les avocats de Harvey Weinstein ont utilisé l’une de ses citations hors contexte au tribunal dans le but de faire rejeter un recours collectif en 2018. «Les victimes de Harvey étaient des femmes qui croyaient qu’il allait les aider. Heureusement, au moment où j’ai rencontré Harvey, j’étais sur le point de gagner un Oscar. Je faisais «Hunger Games». J’ai donc évité cette situation spécifique. Bien sûr, je suis une femme et je n’ai pas fait toute ma carrière avec des hommes qui se comportent de manière appropriée. Mais ma situation privilégiée m’a permis de grimper rapidement et cela m’a sauvée», a poursuivi la star de 31 ans.

Harvey Weinstein a été reconnu coupable de deux crimes sexuels, dont viol, en février 2020 et a été condamné à 23 ans de prison.

(Cover Media / Lematin.ch)

Votre opinion