Football: Jérémy Frick, héros partageur: «Je dois aussi remercier Rodelin»

Publié

FootballJérémy Frick, héros partageur: «Je dois aussi remercier Rodelin»

Auteur de huit arrêts, le portier servettien a grandement contribué au match nul 1-1 ramené de Bâle dimanche. Mais il n’oublie pas le sauvetage sur la ligne de son coéquipier.

par
Valentin Schnorhk
(Bâle)
Jérémy Frick a multiplié les arrêts décisifs dimanche.

Jérémy Frick a multiplié les arrêts décisifs dimanche.

BASTIEN GALLAY / LPS

Le décompte s’est arrêté à huit. Autrement dit, le nombre d’arrêts qu’a réalisé Jérémy Frick dimanche, à Bâle. Si Servette a pu ramener un match nul 1-1 très heureux du Parc Saint-Jacques, il le doit en très grande partie à son gardien. Le capitaine grenat a été l’homme du match, et personne (tant côté servettien que bâlois, joueurs comme entraîneurs) ne s’empêchait de le penser. Parole à celui qui a dégoûté les Zeki Amdouni, Adam Szalai, Sergio Lopez ou encore Fabian Frei.

Jérémy Frick, il y a un côté miraculeux dans ce point rapporté de Bâle, non?

Oui et non, cela va dans le sens des deux équipes. Parce qu’on aurait aussi pu mener au score en première mi-temps, avec notamment une grosse occasion de notre côté pour (Chris) Bédia. Mais il est vrai que ce point n’est pas forcément mérité en ce qui concerne le jeu. En revanche, dans l’état d’esprit, il l’est. Les entrants ont fait la différence. C’est un bon résultat d’équipe, ce sur quoi on travaille en ce moment. L’état d’esprit est peut-être même meilleur que l’année passée, il me rappelle un peu notre deuxième saison en Super League (ndlr: 2020-21).

Pour Servette, ce point n’a été possible que parce que vous avez multiplié les arrêts décisifs. Cela faisait longtemps que vous n’aviez pas été aussi décisif.

C’est gratifiant, parce que cette fois nous avons pris un point au bout. Mais je dois aussi remercier Ronny Rodelin, qui a réalisé un gros sauvetage sur la ligne (ndlr: à la 66e minute, sur une tentative d’Adams). Surtout, il a pris le jeu en mains et son expérience nous a grandement aidés.

«C’est gratifiant, parce que cette fois nous avons pris un point au bout»

Jérémy Frick, gardien du Servette FC

Parmi ces huit interventions, y en a-t-il une que vous retenez particulièrement?

Oui, celle qui arrive sur une frappe croisée au seul, avec un petit rebond (ndlr: il fait référence à la tentative de Lopez qu’il dévie du bout des doigts, à la 63e minute). Celle-ci, je ne pensais pas que je pouvais l’arrêter. Le reste, ce sont surtout des réflexes.

Vous sentez-vous dans de meilleures dispositions cette saison que l’année passée?

La saison dernière, beaucoup de choses se sont passées. Même si je ne pense pas avoir fait d’énormes erreurs, excepté mon carton rouge au premier tour contre Young Boys, lors de la défaite 6-0. Mais il est vrai que je n’ai pas eu la performance que j’attendais, tant du point de vue collectif qu’individuel. Et en tant que gardien de Servette, il y a vite des critiques gratuites. J’y suis habitué.

Ton opinion