Motocyclisme: Jesko Raffin: «Il y a des idiots en piste!»

Publié

MotocyclismeJesko Raffin: «Il y a des idiots en piste!»

Meilleur Suisse de la première journée d'essais en Australie, le Zurichois aurait pu se faire très mal. La faute à qui? A Sam Lowes...

par
Sport-Center

L'image est effrayante. On vit le dernier tour de la seconde séance d'essais libres Moto2 sur le circuit de Phillip Island. Dans l'ultime virage, alors que le drapeau à damier est présenté quelques centaines de mètres plus loin, le Britannique Sam Lowes est dans le sillage du Suisse Jesko Raffin; il «sort» à l'aspiration et se rabat à pleine vitesse vers le milieu de la piste. Les deux motos se touchent, les pilotes restent sur leurs roues. Mais on est passé bien près d'un très grave accident: «Je ne sais pas ce qui lui a pris, il y avait de la place. Mais c'est comme ça, il y a et il y aura toujours quelques idiots en piste. Ce n'est pas aussi grave que la manœuvre de Fenati l'an dernier – l'Italien, en pleine ligne droite, avait saisi le levier de freins de la moto de son compatriote Manzi, à Misano -, mais ce n'était pas loin. Si j'étais tombé, j'aurais réagi différemment.» Jesko Raffin a dit cela dans un immense calme, même si on devine que quelques minutes plus tôt, les pulsations ont dû sérieusement grimper.

----------

Q1 OU Q2, TELLE POURRAIT ÊTRE LA QUESTION

On sait que depuis le début de la saison, les pilotes Moto3 et Moto2 ont également droit à des qualifications en deux actes. Les quatorze plus rapides après les trois séances d'essais libres (deux le vendredi, une le samedi matin) sont directement qualifiés pour Q2, que l'on peut appeler la superpole. Les autres se retrouvent en Q1 – une séance de quinze minutes -, dont les quatre meilleurs rejoignent leurs collègues pour jouer une place sur l'une des six premières lignes de la grille de départ. Or, quand la pluie s'invite au spectacle, le fait de passer par la case purgatoire peut devenir un avantage: «Cela m'était arrivé au Mans – Tom était tombé le vendredi – et le fait de pouvoir rouler dans les conditions de la superpole m'avait permis de signer le deuxième chrono; c'est Navarro qui, comme moi, n'avait pas obtenu sa qualification directement, qui avait réussi la pole. Mais de là à ne pas tout donner sur le sec, il y a un pas que personne n'est prêt à franchir», explique Thomas Lüthi. Qui, avant son dernier tour, pointait en... quinzième position, avant de signer le onzième chrono du jour.

----------

FABIO QUARTARARO SE FAIT PEUR

C'est la première chute sérieuse de Fabio Quartararo, «el Diablo», en MotoGP. Sur la piste mouillée du matin, le Niçois, assuré depuis une semaine du titre de «débutant de l'année», a été éjecté de sa Yamaha et il est retombé très lourdement au sol. Se tordant de douleur en montrant sa cheville gauche, Fabio a fait peur à beaucoup, avant que les médecins se montrent rassurants: pas de fracture, Quartararo a été déclaré «fit» pour poursuivre le week-end. Mais il a fait l'impasse sur la seconde séance d'essais libres du jour. Précisions du docteur Michele Zasa, responsable de la clinique mobile: «A la suite d'un traumatisme avec distorsion persistant à la cheville gauche, les médecins du centre médical local ont administré à Fabio un antidouleur qui peut produire des effets secondaires. Il était donc préférable, pour lui, de ne pas rouler cet après-midi.»

----------

UN NOUVEAU RECORD POUR MARC MARQUEZ

70. 70 degrés, c'est depuis cet après-midi – une séance supplémentaire était prévue, pour tester des nouveaux pneus Michelin, le fournisseur officiel de la classe MotoGP – le nouveau record d'angle maximum établi par... Marc Marquez, bien sûr. L'octuple champion du monde n'est pas tombé, mais il n'a pas évité une promenade dans l'herbe encore humide. Sans commentaires, si ce n'est pour dire que papa Juliá, habitué aux figures de ses deux fistons, a bien ri. Après le sauvetage, bien sûr.

----------

LORENZO, CRUTCHLOW, ZARCO ET LES AUTRES...

On l'imaginait, on n'a pas été déçus: la première journée en Honda de Johann Zarco, et plus particulièrement ses performances face au pilote titulaire du team officiel, Jorge Lorenzo, a été observée sous toutes les couleurs. Qu'a-t-on vu? Dès son premier tour lancé, sur une machine qu'il n'avait encore jamais pilotée, le Français s'est montré plus rapide que l'Espagnol; Zarco a d'ailleurs fini la séance matinale (sur piste mouillée) au treizième rang, devant Cal Crutchlow et en roulant une seconde plus rapidement que Lorenzo. L'après-midi, sur le sec, Crutchlow s'est montré convaincant (troisième) et Zarco (15e) a encore devancé le plus Tessinois des pilotes espagnols (écart: 265 millièmes). Enfin, pour en terminer avec celui dont tout le monde aimerait savoir si, oui ou non, il sera encore pilote officiel Honda l'an prochain, Lorenzo n'a pas évité le courroux de son équipier Marc Marquez: dans le dernier tour, Monsieur Jorge roulait en effet au ralenti sur la trajectoire du dernier virage, au moment où surgit l'octuple champion du monde. Bonjour l'ambiance...

Jean-Claude Schertenleib

Ton opinion