Hockey sur glace – Jeux olympiques: Desharnais et Mottet dans l’expectative
Publié

Hockey sur glaceJeux olympiques: Desharnais et Mottet dans l’expectative

Les deux attaquants de Fribourg-Gottéron rêvent de représenter le Canada et la Suisse en février à Pékin. Ils attendent l’annonce de la liste de leur sélectionneur respectif avec impatience.

par
Chris Geiger
David Desharnais et Killian Mottet ont le regard tourné vers la Chine.

David Desharnais et Killian Mottet ont le regard tourné vers la Chine.

Freshfocus

À moins d’une tuile de dernière minute, Fribourg-Gottéron sera représenté aux Jeux olympiques de Pékin (4 au 20 février). Les présences du gardien Reto Berra et du capitaine Raphaël Diaz au sein de la liste de Patrick Fischer ne faisant aucun doute, il reste à définir combien d’autres Dragons s’envoleront pour la Chine.

La possibilité de voir la délégation fribourgeoise être doublée est bien réelle. Les noms de David Desharnais et de Killian Mottet reviennent, en effet, avec insistance autour des sélections canadienne et suisse. Il faut dire que le Québécois (29 points) et l’Helvète (30 unités) ne sont pas étrangers à l’excellente saison réalisée jusqu’à présent par leur club, leader de National League.

La sélection à la feuille d’érable a annoncé vendredi dernier le coaching staff ainsi que l’encadrement managérial qui feront le déplacement à Pékin. Et la liste des joueurs dans tout ça? «On ne sait pas exactement quand elle sera dévoilée, concède David Desharnais. J’imagine cette semaine car il y a du travail administratif à effectuer.»

«Dans une vie normale, ça aurait été impossible de disputer les JO»

David Desharnais, attaquant canadien de FR Gottéron

Toujours est-il qu’un premier pas dans la bonne direction a été effectué récemment par l’entraîneur en chef Claude Julien. «La pré-liste de 90 joueurs a été rétrécie à 40 et j’en fais toujours partie, se réjouit l’attaquant de 35 ans. Pour autant, je n’ai absolument pas eu de contacts avec le coaching staff.»

Pour l’heure, celui qui dispute sa troisième saison à la BCF Arena est donc dans l’incertitude. «Je ne veux pas penser à une éventuelle sélection pour finalement être déçu, confirme-t-il. J’attends simplement de voir ce que décide le coach. En revanche, ce qui est sûr, c’est que je n’aurais jamais pensé faire les Jeux olympiques dans ma vie. Dans une vie normale, ça aurait été impossible de les disputer avec le Canada. Ce serait donc difficile de refuser la convocation si l’occasion devait se présenter.»

Car l’ancien joueur du Canadien de Montréal a quelques craintes liées à la situation épidémiologique en Chine. Quid des assurances, des quarantaines et des ambulances sanitaires en cas de test positif durant le tournoi? «Pour l’instant, je n’ai pas eu de réponses à mes inquiétudes, poursuit le centre. Je n’ai pas été mis au courant concernant ces nombreux points.»

Malgré tout, David Desharnais espère ajouter une deuxième sélection en équipe nationale à son palmarès. «La première ne s’était pas très bien passée», se marre-t-il, faisant référence à sa main cassée à la Coupe Spengler en 2019. «Le tournoi a ensuite été annulé l’année passée et cet hiver. Ce serait donc encore plus incroyable pour moi de disputer ces Jeux olympiques, il ne faut pas se le cacher.»

Des étoiles plein les yeux, son coéquipier Killian Mottet en a aussi au moment d’évoquer le rendez-vous chinois. Et de l’appréhension à la veille de la publication de la liste de Patrick Fischer? «Je dirais plutôt que je me réjouis d’être mardi, s’exclame le deuxième meilleur compteur des Dragons. J’ai envie de savoir. J’ai surtout envie de participer aux Jeux olympiques.»

«Patrick Fischer avait été très content de mon job»

Killian Motter, attaquant suisse de FR Gottéron

Présent à Viège en décembre lors du dernier tournoi de préparation avant le rendez-vous olympique, l’ailier de 31 ans avait marqué des points auprès du sélectionneur. «Je n’ai pas eu de contact avec lui depuis ce rassemblement, mais on avait eu l’occasion de bien discuter, se rappelle-t-il. Il avait été très content de mon job et m’avait dit de continuer de travailler comme je le faisais.»

S’il n’arrive pas à quantifier la probabilité de figurer dans la liste suisse, le numéro 71 des Dragons estime qu’elle est réelle. «Mes chances ont augmenté depuis l’annonce du retrait des joueurs de NHL, confirme-t-il. Mais il y a beaucoup de joueurs qui méritent d’y aller. Il y a aussi beaucoup de bons joueurs dans la Ligue.»

À commencer par un certain Grégory Hofmann, de retour à Zoug après une parenthèse de quelques mois Outre-Atlantique. Le profil assez similaire de l’attaquant jurassien-bernois fait-il peur à Killian Mottet? «Pour l’équipe nationale, il est un atout incroyable», balaie le Fribourgeois.

Gageons qu’il y a suffisamment de place dans la sélection helvétique pour les deux Romands. Réponse mardi après-midi.

Votre opinion