Publié

JOJO-2014 - Un an avant les JO d'hiver, Sotchi est en plein boom (ACTUALISATION, PRESENTATION)

Par Benoit FINCK SOTCHI (Russie), 4 fév 2013 (AFP) - Un an avant l'ouverture le 7 février 2014 des XXIIe jeux Olympiques d'hiver organisés pour la première fois en Russie, la ville de Sotchi est l'un des plus vastes chantiers au monde, les travaux sont dans les temps, mais les écologistes crient au désastre.

Quelque 60.000 ouvriers et 5000 engins participent aux constructions tous azimuts de bâtiments, nouvelles routes et voies de chemin de fer dans cette ville du sud-est de la Russie (400.000 habitants) entre la mer Noire et les montagnes enneigées du Caucase. "Pour le moment, nous sommes dans les temps avec nos ambitieux projets" pour cet événement international, le plus important organisé en Russie depuis la chute de l'URSS en 1991, a déclaré à l'AFP le chef du comité d'organisation des JO, Dmitri Tchernychenko. Du 7 au 23 février 2014, 6000 athlètes et accompagnateurs de plus de 80 pays s'aligneront sur 98 épreuves. Ils étaient 250 athlètes sur 16 épreuves aux premiers jeux d'hiver en 1924 à Chamonix. Six disciplines ou épreuves ont été ajoutées au programme par le Comité international olympique (CIO): saut à skis féminin, relais mixte en biathlon, half-pipe en ski (messieurs et dames), épreuves par équipes en patinage artistique et relais en luge. Dans le village olympique en plein aménagement au bord de la mer Noire, le Palais de glace "Bolchoï" va faire l'objet des premiers tests en mars, l'arène "Shayba" pour le hockey sur glace et le centre de curling sont terminés, tandis que la construction du stade olympique de 40.000 places où se dérouleront les cérémonies d'ouverture et de clôture sera achevée cet été. Une grande cérémonie aura lieu au Palais de glace le 7 février, jeudi, en présence notamment du président du CIO, Jacques Rogge. Les dépenses pour les préparatifs des JO et les infrastructures à Sotchi atteignent déjà quelque 1.500 milliards de roubles (36 milliards d'euros), a indiqué lundi le vice-Premier ministre russe Dmitri Kozak, confirmant un chiffre nettement supérieur aux estimations avancées jusqu'ici. Quarante-quatre compétitions nationales et internationales sont prévues en 2013 à Sotchi en guise de répétition générale. Concernant les transports, une nouvelle voie de chemin de fer relie le village olympique et la station de ski Krasnaïa Poliana, et une nouvelle route de 50 km est en construction pour désengorger le trafic très dense. Elle sera aussi utilisée pour la première épreuve de Formule 1 en Russie, au Grand Prix de Sotchi, autre événement sportif international dont le président Vladimir Poutine a fait une priorité. Les nouvelles infrastructures routières et ferroviaires ont nécessité la construction de 77 ponts et 12 tunnels, en respectant la protection de l'environnement, a assuré M. Tchernychenko, évoquant des "Jeux verts". Mais les écologistes dénoncent des "dégâts considérables" et un impact "très négatif" sur l'environnement dans la région. "La préparation des jeux Olympiques continue d'entraîner la destruction de l'écosystème du Caucase du Nord", a déclaré à l'AFP un responsable de Greenpeace Russie, Mikhaïl Kreindline, accusant les autorités russes d'avoir modifié la loi afin de "légaliser" les constructions dans des zones protégées. Les aménagements pour les JO de Sotchi ont aussi entraîné des expropriations d'habitants, au mépris de la loi, a déploré l'ONG Human Rights Watch (HRW). "Nous avons constaté des cas où les habitants n'ont tout simplement pas reçu d'indemnisation et des cas où ils n'ont pas été indemnisés correctement", a déclaré Ioulia Gorbounova, responsable à HRW Russie. Evgueni Mzokov, qui habitait une maison de deux étages dans laquelle vivaient trois familles, a raconté à l'AFP que le bâtiment avait été rasé le lendemain d'une décision de justice fin septembre 2012, que ses recours n'avaient pas été examinés et qu'il n'avait perçu aucune compensation. Par ailleurs, environ 1,4 milliard d'euros seront consacrés à la sécurité des JO de Sotchi, ville proche des régions instables du Caucase du Nord où une rébellion islamiste se livre à des attaques meurtrières quasi quotidiennes. bfi/nm/mam

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!