Publié

JOJO-2020 - Istanbul, Madrid et Tokyo conservent leurs chances après le rapport du CIO

Istanbul, Madrid et Tokyo conservent leurs chances à dix semaines du choix de la ville-hôte des Jeux Olympiques de 2020, après la publication mardi du rapport la commission d'évaluation du Comité international olympique (CIO) duquel n'émane aucune véritable surprise.

"Les membres du CIO auront un choix difficile à faire en septembre à Buenos Aires", a souligné dans un communiqué le Britannique Craig Reedie, le président de cette commission qui a passé au crible les trois métropoles chacune pendant quatre jours en mars. D'emblée, le rapport insiste sur la "grande qualité" des trois projets, en prenant soin de souligner que "chaque ville offre une vision et un concept qui lui sont propres et chaque projet, de par sa nature, comporte donc des risques différents". Comme attendu, le gros point noir de la candidature d'Istanbul est la question des transports, d'autant que la métropole turque offre des sites dispersés de part et d'autre du Bosphore, à l'inverse de Madrid et Tokyo dont les projets très compacts sont d'incontestables atouts. Si la vague de manifestations qui a secoué la Turquie en juin ne figure pas dans ce rapport finalisé mi-avril, ce dernier mentionne en revanche le conflit en Syrie qui "fait peser des risques pour la sécurité". Autre bémol mis en avant par le rapport: "environ 70% des sites de compétition devraient être construits et pour plusieurs sites, une préparation préalable du site serait nécessaire avant le début de la construction". Sur ce point, la capitale espagnole se distingue, elle qui peut compter sur un grand nombre de sites déjà existants, ce qui lui permet d'alléger la facture alors que l'Espagne affiche les perspectives économiques les moins reluisantes. "Madrid bénéficie encore d'importants investissements réalisés par le passé dans les infrastructures de la ville. Comme les investissements supplémentaires requis pour livrer les Jeux sont relativement modestes, la commission estime que l'économie espagnole devrait être capable d'assumer l'organisation des Jeux", estime le rapport. Tokyo elle peut se targuer "de l'un des meilleurs réseaux de transports publics du monde en termes de modernité et d'efficacité", mais il lui reste encore pas mal de sites à construire ou à rénover. "Malgré l'importance du programme de construction, la commission est convaincue que les travaux seraient terminés à temps et que Tokyo possède la capacité financière nécessaire pour les réaliser", note le rapport. stp/bpa

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!