Football: Joël Magnin: «On va se retrouver devant un ours blessé»
Publié

FootballJoël Magnin: «On va se retrouver devant un ours blessé»

Au moment de retrouver YB, qu'il vient de quitter après y avoir passé plus de 15 ans de sa vie, le coach de Xamax se méfie de la réaction du champion. Il aimerait aussi voir son équipe moins Nuzzolo-dépendant.

par
N.JR
Après le point ramené de Thoune pour l'intronisation de son coach sur un banc de Super League, Joël Magnin et NE Xamax s'apprêtent à accueillir Young Boys, un adversaire d'un tout autre calibre.

Après le point ramené de Thoune pour l'intronisation de son coach sur un banc de Super League, Joël Magnin et NE Xamax s'apprêtent à accueillir Young Boys, un adversaire d'un tout autre calibre.

Keystone

En tant que joueur, Joël Magnin (48 ans) avait terminé sa carrière d’attaquant en 2006 avec Young Boys sous le maillot duquel il avait inscrit 18 buts et offert 15 passes décisives depuis son arrivée à Berne en provenance de Lugano quatre ans plus tôt. Au moment de sa reconversion, le Neuchâtelois avait ensuite bifurqué dans le secteur de la formation, passant notamment près de 10 ans à la tête des M21 du stade de Suisse. Désormais assis sur le banc de la Maladière, Magnin s’apprête à vivre un faux derby avec la venue ce dimanche après-midi du voisin YB.

Avec une semaine de recul, que reste-t-il de ce 2-2 bernois contre Thoune, marqué par deux expulsions (ndlr : Seferi et Di Nardo)?

Jusqu’au 2-0, tout allait bien. Mais on s’est fait hara-kiri nous-mêmes. On est responsable de ce renversement de situation. On doit corriger nos erreurs et, en même temps, apprendre à mieux canaliser notre énergie.

Ce dimanche, place au champion, avec la visite d’YB à la Maladière, YB, où vous avez passé plus de quinze ans de votre vie. On imagine les émotions qui doivent déjà vous habiter…

Eh bien assez curieusement, je ne ressens encore aucune émotion particulière, tellement je suis concentré sur Xamax. On verra comment je réagirai dimanche, au moment des retrouvailles. Ce sera sans doute particulier.

YB sort d’un premier match plutôt compliqué contre Servette (1-1)…

Face à un excellent Servette, on a vu que l’équipe n’était pas encore à 100% de ses capacités, que les nouveaux automatismes ne sont pas encore en place, ce qui peut se comprendre avec autant de changements en défense. On sait qu’à Berne, personne n’a été satisfait de ce premier match. On va donc se retrouver devant un ours blessé, on sait ce que cela peut signifier.

Comment définiriez-vous l’objectif dominical?

Il faudra tenir notre plan de jeu, faire ce que l’on a planifié et profiter de chacun de nos ballons de contres. Les circonstances ne seront pas celles du dernier match à Neuchâtel. A l’époque, YB venait de fêter son deuxième titre de champion (ndlr : le 22 avril, Xamax s’était imposé 1-0, suite à un but d’Ademi).

Compte tenu de l’effet suspensif, Raphaël Nuzzolo, auteur d’un doublé à Thoune en ouverture de championnat, pourra à nouveau être aligné dimanche. Xamax n’est-il pas toujours davantage Nuzzolo-dépendant?

Tout le monde connaît l’importance de Nuzzolo sur le terrain, ainsi que son influence dans le vestiaire. Il importerait bien sûr d’être capable de faire la différence avec d’autres éléments. On peut penser à Doudin ou à Karlen, qui doivent plus apporter offensivement. On attend aussi le premier but en Super League de Corbaz. Pour ce dernier, on en a même fait un objectif qui, réussi, pourrait le libérer.

Votre opinion