Football: Joël Magnin savait qu'il n'y aurait pas de camp d'entraînement
Publié

FootballJoël Magnin savait qu'il n'y aurait pas de camp d'entraînement

Le coach de Xamax est condamné à s'adapter et à faire en fonction de moyens limités, empêchant l'équipe de partir préparer la reprise au soleil en janvier.

par
Sport-Center

C'est une tradition à laquelle peu de clubs de Super League dérogent: celle de l'habituel camp d'entraînement de janvier, généralement en Espagne, au Portugal ou en Turquie, les trois destinations privilégiées. C'est d'abord l'occasion pour les footballeurs de préparer la reprise dans de meilleures conditions climatiques qu'en Suisse. Mais c'est aussi un dépaysement qui, dans un décor autre que celui du quotidien rencontré durant le reste de la saison, permet de renforcer (ou maintenir) un état d'esprit.

NE Xamax ne connaîtra pourtant rien de tout cela. Contrairement aux années précédentes où les Neuchâtelois avaient chaque fois pris la direction du sud de l'Europe, le club de la Maladière ne quittera pas ses pénates dans les premiers jours de janvier. Un choix qui n'a rien de sportif, uniquement dicté par des considérations financières, Xamax devant aujourd'hui se serrer la ceinture chaque fois qu'il le peut, ce qui se répercute aussi désormais dans sa préparation. «Pour se préparer idéalement, soupire Joël Magnin, tous les entraîneurs du monde préfèreraient aller au soleil que dans le froid et peut-être la neige…»

Informé de la situation dès son engagement l'été passé, le technicien en est quitte pour s'incliner. «On fait en fonction de nos moyens qui sont limités, reprend-il. J'étais au courant de la situation depuis que je suis arrivé. C'est notre quotidien, je fais avec. On m'a aussi engagé pour ces raisons-là.» A Neuchâtel, on explique que le FC Thoune, pas plus tard que voici 12 mois, avait lui aussi zappé la case camp à l'étranger, ce qui ne l'avait pas empêché de brillamment assurer son maintien.

Un responsable du scouting en janvier

Pour Xamax, la pause devra néanmoins servir à renforcer le contingent, prioritairement sans doute en défense où le manque de stabilité a déjà coûté trop de points. «A cette période de l'année, convient le coach neuchâtelois, il n'est pas évident de dénicher le joueur qui soit excellent et en même temps bon marché.»

Pour ce faire et mieux sonder le marché, le club neuchâtelois a engagé à compter du 1er janvier Sébastien Fontbonne, appelé à s'occuper du scouting. L'homme n'est nullement un inconnu à Neuchâtel. Il y avait déjà effectué un passage dans les six premiers mois de 2019.

N.JR

Votre opinion