Football: Joël Magnin, Xamax et un «esprit de tueur» à trouver
Publié

FootballJoël Magnin, Xamax et un «esprit de tueur» à trouver

Avec le FC Lucerne, attendu dimanche à la Maladière, le club neuchâtelois retrouve le dernier adversaire qu’il a battu cette saison. Pour son coach, il importe d’améliorer la finition.

par
Sport-Center
Avec l'arrivée de plusieurs renforts, Joël Magnin dispose désormais de davantage de choix au moment de désigner sa formation de départ.

Avec l'arrivée de plusieurs renforts, Joël Magnin dispose désormais de davantage de choix au moment de désigner sa formation de départ.

Keystone

En 2020, NE Xamax a plus joué, parfois même séduit, qu’il n’a récolté de points (défaite initiale contre Servette, nul à Lugano). «Au niveau de la comptabilité, le bilan est très insuffisant. Pour ce qui s’agit de la performance intrinsèque, il est satisfaisant.» Joël Magnin le sait: bien jouer uniquement ne suffira pas à sauver l’actuel barragiste neuchâtelois.

Si Xamax n’a plus gagné depuis le 26 octobre - tiens donc, c’était contre Lucerne, justement attendu ce dimanche à la Maladière… -, c’est donc bien qu’il manque trop souvent quelque chose. Mais quoi? «Il nous manque cet esprit de tueur dans les seize mètres. Dans notre situation, le tir sur le poteau rebondit du mauvais côté. D’un autre côté, bourrer le crâne des attaquants en leur répétant qu’ils doivent marquer ne servirait à rien non plus. J’ai connu un entraîneur qui, pour régler les problèmes offensifs de son équipe, travaillait… la défense!»

Fait acquis, les renforts du mercato hivernal ont considérablement avivé la concurrence, très relative auparavant. D’où une sensible hausse de niveau au quotidien, avec des séances de travail devenues plus intenses. «Il y a plus de qualité à l’entraînement», confirme le coach, confronté à de nouveaux choix au moment d’esquisser son onze de départ (à lui de dégager les meilleures complémentarités).

L'apport et la classe de Serey Die

L’homme du banc ne manque pas d’éloges non plus concernant l’apport et la classe de Geoffroy Serey Die, dont la grinta rejaillit sur toute l’équipe. «J’avais entendu beaucoup de choses positives sur lui, des choses à améliorer aussi. Ce que je remarque surtout, c’est sa formidable personnalité. Il donne de l’énergie aux autres.»

La terrible bataille pour le maintien demeure un marathon couru à l’allure d’un sprint. «On doit toujours en faire plus qu’un adversaire en milieu de classement pour obtenir déjà un point. Que l’on devra cravacher et mouiller le maillot jusqu’au bout, on le sait déjà. On peut regarder devant nous, on peut regarder derrière nous, mais ce qui importe avant tout, c’est de regarder sur nous-mêmes. Ce qui se passe à Thoune ou ailleurs, je ne peux pas l’influencer. Cependant, il est clair que plus la fin du championnat approche, et plus le couteau commence à s’enfoncer dans la plaie.»

C’est dire si Xamax, ce dimanche après-midi, devra enfin crier victoire devant son public pour reprendre quelque distance avec la lanterne rouge. «Avec Fabio Celestini à sa tête, conclut Joël Magnin, Lucerne est devenu une formation extrêmement bien organisée, percutante dans ses transitions. Cela va vite, il ne faudra pas se laisser piéger. Sur ce genre de matches, l’importance du premier but sera elle aussi capitale.» Ce d'autant plus que Xamax n’a jamais perdu une rencontre cette saison lorsqu’il a réussi à ouvrir le score.

Nicolas Jacquier, Neuchâtel

Votre opinion