30.10.2018 à 09:49

FranceJohanna Clermont, le visage glamour de la chasse

Une chasseuse française de 21 ans a mis les réseaux sociaux à ses pieds grâce à ses poses charmeuses et une communication parfaitement maîtrisée.

par
Renaud Michiels
1 / 15
Johanna Clermont a plus de 220 000 fans sur les réseaux sociaux.

Johanna Clermont a plus de 220 000 fans sur les réseaux sociaux.

Instagram/Johanna Clermont
Avec elle, sur Instagram, la chasse devient glamour.

Avec elle, sur Instagram, la chasse devient glamour.

Instagram/Johanna Clermont
Une bonne lumière, c'est important pour se mettre en valeur.

Une bonne lumière, c'est important pour se mettre en valeur.

Instagram/Johanna Clermont

La chasse, récemment, a surtout été associée à un drame. À ce jeune homme, en Haute-Savoie, qui a confondu un vététiste avec un cerf et l’a abattu.

Quant aux chasseurs en général, ils continuent de se coltiner une certaine image de «viandards avinés», avance «L’Express». Hebdomadaire français qui dresse le portrait d’une chasseuse à l’opposé de ces clichés: une femme, Johanna Clermont, 21 ans, qui a réussi en trois ans à devenir le visage glamour de la chasse. La voilà dans le top 5 des célébrités chasse de la planète, «l’influenceuse» principale de la chasse», insiste l’hebdo. «J’ai envie de casser les stéréotypes», avance Johanna Clermont.

«Avec ça, vous tuez net un sanglier»

Le discours de la jeune Perpignanaise est décrit comme bien rôdé. Elle parle «d’éthique», de «fusion avec la nature», de «régulation des espèces», de chasse respectueuse ou de gibier honoré après avoir été abattu.

La jeune femme sait de quoi elle parle. Elle sait vider un chevreuil «avec du sang jusqu’aux coudes». Ou affirme à propos de sa première arme, une carabine 7x64 reçue à 16 ans: «Pour vous donner une idée, avec ça, vous tuez net un sanglier de 100 kg à 400 mètres».

Mais Johanna Clermont est avant tout une formidable «machine à com», comme l’indique son compagnon Frédéric Comella, responsable communication de métier. «Elle a amené un côté moderne, élégant, raffiné à la chasse. Et elle le dit clairement: Je vous emmerde, je suis une femme», lance-t-il dans «L’Express».

«Des tenues qui me mettent en valeur»

Le résultat, c’est plus de 220 000 fans sur ses différents comptes sur les réseaux sociaux, Facebook et Instagram en tête. Elle y étale ses armes. Ses chiens, qu’elle adore. Ses «victimes», mais jamais de manière sanglante. Ou une nature sublimée. Mais ce que Johanna Clermont donne surtout à voir, c’est Johanna Clermont, Johanna Clermont et encore Johanna Clermont. Des selfies, des portraits léchés, des poses très étudiées, glamour voire sexy. Et elle assume pleinement: «Ce qui plaît, c’est que je fasse des photos dans la nature, que je sois apprêtée, que je mette des tenues qui me mettent en valeur.»

Ça marche tellement bien que la chasseuse vit désormais de sa passion. «Confortablement», même, lâche-t-elle. Johanna Clermont dit être sous contrat avec «30 à 50 marques». Des partenariats longue durée comme des opérations ponctuelles. Et la voilà égérie de fusils, de couteaux, de vêtements spécialisés mais aussi de shampooing ou croquettes pour chien. Produits qu’elle porte ou utilise évidemment dans ses publications. Mais avec professionnalisme, jure-t-elle: «Si je dis qu’un produit est bon, c’est que je le pense. Ma communauté me fait confiance, je ne vais pas vendre un truc tout pourri.»

«Notre cause, ce n’est pas le paraître»

Reste que son succès fait grincer de nombreuses dents dans le milieu français de la chasse, toujours très masculin. Principal reproche? Ses fans s’intéresseraient peu à la chasse, beaucoup à sa plastique. «Que les messieurs la trouvent belle, OK. Je suis peut-être crédule, mais notre cause, ce n’est pas le paraître. Je ne cautionne pas du tout ce qu’elle fait», balance la responsable de l’Association nationale de la chasse au féminin Martine Pion dans «L’Express».

Des critiques qui ne devraient pas empêcher Johanna Clermont de continuer à collectionner des trophées, dont des troupeaux entiers de followers.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!