Jackpot - Les affaires de Johnny Hallyday profitent fort bien à Laeticia
Publié

JackpotLes affaires de Johnny Hallyday profitent fort bien à Laeticia

Depuis la mort du Taulier, c’est sa veuve qui reçoit ses royalties. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle a déjà amassé un sacré pactole.

Læticia Hallyday doit rembourser la dette de son défunt mari au fisc. Le montant s’élève à 34 millions d’euros.

Læticia Hallyday doit rembourser la dette de son défunt mari au fisc. Le montant s’élève à 34 millions d’euros.

AFP via Getty Images

Rappelez-vous Læticia Hallyday est la détentrice des droits d’auteurs de Johnny Hallyday. Et selon «Le Figaro», elle a déjà amassé une véritable fortune depuis la mort du rockeur. D’après des documents que le média a pu consulter, elle aurait touché près de 4,4 millions d’euros de royalties en 2018. Cet argent ne lui aurait pas seulement été versé par la maison de disques Universal, mais également par Warner et Sony. En effet en 2003, après 40 ans de collaboration exclusive, l’artiste avait choisi de s’ouvrir à de nouveaux horizons.

Ses ventes en digital ont bondi de 2% à 40%

Si la maman de Jade et Joy a reçu une telle fortune, c’est parce que la carrière posthume de Johnny Hallyday connaît un succès impressionnant. De tous les artistes disparus d’Universal France, le Taulier est numéro un des ventes, au coude à coude avec Freddie Mercury. Mieux encore, ses ventes en digital ont bondi de 2% à 40%. «Pour l’avenir, c’est très encourageant. Cela prouve que Johnny Hallyday continue de faire rêver ses fans et est arrivé à conquérir un nouveau public», estime Olivier Nusse, PDG d’Universal Music France depuis 2016.

Ce n’est sûrement pas Læticia Hallyday qui se plaindra de ce succès, elle qui a besoin d’argent. En effet, Johnny a laissé derrière lui plus de 34 millions d’euros de dette. Une somme que la compagne de Jalil Lespert a fait revoir à la baisse auprès du fisc, qui a accepté d’effacer quatre millions d’euros de son ardoise. Reste qu’il s’agit tout de même d’une sacrée somme pour elle, qui a dû se séparer de plusieurs de ses biens immobiliers pour rembourser ce qu’elle doit.

(LeMatin.ch)

Votre opinion