Actualisé 04.07.2019 à 12:27

GenèveJournaliste molesté: six gardes de Paul Biya condamnés

La police judiciaire a condamné six personnes, membres du service de sécurité du président camerounais, qui ont agressé un journaliste le 26 juin à Genève.

Google

Six membres de la sécurité du président camerounais Paul Biya ont été condamnés par la justice genevoise suite à l'agression d'un journaliste de la RTS. Reconnus coupables de contrainte, dommages à la propriété et appropriation illégitime, ils écopent de trois à quatre mois de prison avec sursis.

Interpellées mardi, ces six personnes - cinq hommes et une femme - ont été libérées dans la foulée. Quatre ont été condamnés mercredi à quatre mois de prison avec sursis et deux à trois mois avec sursis. Le Ministère public a confirmé jeudi ces informations parues dans plusieurs médias.

Selon la RTS, les six individus ont été condamnés pour contrainte, dommages à la propriété et appropriation illégitime.

Tous les protagonistes ont depuis été libérés.

Le DFAE avait protesté

Le journaliste de la RTS avait été molesté alors qu'il suivait, le 26 juin dernier, une manifestation d'opposants au président camerounais, Paul Biya. Le reporter avait été légèrement blessé. Il avait été délesté de son matériel professionnel et de ses effets personnels, de son porte-monnaie et de son téléphone notamment.

La Confédération était intervenue auprès des autorités camerounaises après cette agression. Elle estime que de tels incidents sont «inacceptables». L'ambassadeur du Cameroun avait été cité à Berne. Le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) lui avait indiqué que la liberté de la presse est protégée et devait être respectée.

Samedi, quelque 250 personnes ont protesté à Genève contre la présence du président camerounais, Paul Biya, à l'Hôtel Intercontinental. Des confrontations ont lieu entre les manifestants et la police.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!