Russie - Journaliste piégé: lourdes peines requises contre les policiers
Publié

RussieJournaliste piégé: lourdes peines requises contre les policiers

Les anciens policiers qui avaient piégé le journaliste d’investigation russe Ivan Golounov risquent jusqu’à 16 ans de prison.

L’arrestation d’Ivan Golounov, en juin 2019, avait fortement mobilisé la société civile. Fait rarissime, le reporter (à droite) avait finalement été disculpé et libéré cinq jours plus tard.

L’arrestation d’Ivan Golounov, en juin 2019, avait fortement mobilisé la société civile. Fait rarissime, le reporter (à droite) avait finalement été disculpé et libéré cinq jours plus tard.

AFP

Le Parquet a requis mardi en Russie jusqu’à seize ans de prison contre d’anciens policiers accusés d’avoir fabriqué des accusations de trafic de drogue contre un journaliste d’investigation, ont rapporté les agences de presse russes.

L’arrestation d’Ivan Golounov, en juin 2019, avait fortement mobilisé la société civile et jeté une lumière crue sur la corruption des forces de l’ordre, qui forment un pilier du système dirigé par Vladimir Poutine.

Fait rarissime

Ivan Golounov, 38 ans, avait été interpellé à Moscou par des policiers qui disaient avoir trouvé de grandes quantités de drogue dans son sac à dos et dans son appartement. Fait rarissime, le reporter avait finalement été disculpé et libéré cinq jours plus tard, après une mobilisation exceptionnelle de médias, d’anonymes et même de certaines figures de l’élite russe.

Les cinq policiers qui l’avaient appréhendé ont ensuite été démis de leurs fonctions, puis arrêtés. Ils sont poursuivis pour «abus de pouvoir», «falsification» de preuves, «trafic de drogue», «crime en groupe organisé» dans un procès commencé en décembre 2020.

16 ans de prison

Le Parquet a requis seize ans de prison pour le cerveau présumé de l’opération et ancien responsable de la brigade des stupéfiants de l’ouest de Moscou, Igor Liakhovets, a indiqué son avocat à l’agence Interfax. L’accusation a également requis douze ans de camp pour trois subordonnés d’Igor Liakhovets, selon la même source. Tous les quatre clament leur innocence. Un cinquième accusé, qui est passé aux aveux, risque quant à lui sept ans de prison.

Le procureur a également réclamé le versement de 5 millions de roubles (environ 55’260 euros) de compensation au journaliste, selon l’agence TASS. La prochaine audience aura lieu jeudi, selon l’avocat de Ivan Golounov, Sergeï Badamchine.

Réputé pour des enquêtes sur la corruption à la mairie de Moscou ou des malversations dans le secteur des pompes funèbres, Ivan Golounov travaille en Russie pour le site d’information indépendant Meduza, dont la rédaction est basée à Riga, en Lettonie.

Vendredi, le ministère russe de la Justice a annoncé avoir classé ce média dans la liste des «agents de l’étranger», un statut controversé impliquant de fastidieuses obligations administratives sous peine de lourdes amendes.

(AFP)

Votre opinion