28.12.2018 à 10:21

Ski de fondJovian Hediger: «Des fourmis dans les jambes»

Le fondeur vaudois, dont la préparation a été perturbée par une opération à la hanche, aborde le Tour de ski avec un appétit certain.

von
Simon Meier
Le Vaudois de 28 ans se réjouit des semaines à venir.

Le Vaudois de 28 ans se réjouit des semaines à venir.

Keystone

Jovian Hediger, comment vont la tête et les jambes à l’amorce de ce Tour de Ski?

Ça va bien. J’étais content après les premières compétitions de la saison, où j’ai marqué des points en style classique (ndlr: 12e à Kuusamo fin novembre) et en skating (mi-décembre à Davos). Cela m’a permis d’emmagasiner de la confiance, puis j’ai continué à bien travailler pendant les Fêtes, tout en rechargeant les batteries en famille. Et maintenant (ndlr: jeudi midi), nous sommes en route pour Toblach, où commence le Tour de Ski. J’ai des fourmis dans les jambes.

Comment avez-vous articulé votre programme?

Ce Tour se résumera à trois étapes pour moi. Il y a bien sûr le sprint de samedi à Toblach, une course très importante à mes yeux, sur un parcours que j’adore. Je ferai ensuite le 15km pour pouvoir disputer l’autre sprint de Val Müstair, le 1er janvier – et puis je m’arrêterai là, puisque je ne m’aligne plus que sur le sprint.

A quel point l’opération à la hanche que vous avez subie fin mai a-t-elle perturbé votre préparation?

Cela a eu un gros impact. J’ai eu un mois de convalescence en juin, j’ai pu reprendre l’entraînement de façon alternative en juillet et ce n’est qu’à partir d’août que j’ai pu vraiment bien travailler en style classique. Toute ma préparation a donc été décalée. Heureusement, les dix ans d’entraînement que j’ai dans les jambes m’ont servi, je peux m’appuyer sur une bonne base. Il faudra simplement que je m’entraîne un peu plus entre les courses que les années précédentes, histoire de tenir jusqu’au bout de la saison. Mais au vu de la situation, je suis content. Tous les signaux sont au vert.

Quels objectifs vous êtes-vous fixé pour cette saison?

C’est toujours difficile de trop se projeter en avant. Mais maintenant que je vois que ma condition ne joue pas trop mal, je suis très impatient de voir la suite. Vu que je ne fais plus que du sprint, la programmation est assez facile à gérer. Après le Tour de Ski, j’ai ciblé en particulier le week-end de Dresde (ndlr: 12-13 janvier) et, après, les Mondiaux de Seefeld bien sûr (deuxième quinzaine de février).

A quel point ces Mondiaux, qui seront vos quatrièmes, sont-ils déjà présents dans votre esprit?

Je les ai toujours un peu en tête, on se projette forcément. D’ici là, le chemin est plus ou moins tracé et je me réjouis beaucoup. De belles courses approchent, j’espère que la météo sera de notre côté et qu’on pourra fournir du bon spectacle.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!