Banque: JPMorgan Chase dépasse les attentes au 2e trimestre
Publié

BanqueJPMorgan Chase dépasse les attentes au 2e trimestre

La première banque américaine en termes d'actifs a dégagé un bénéfice net de 6,3 milliards de dollars (5,96 milliards de francs) lors des trois derniers mois pris en compte.

ARCHIVES, Keystone

La banque américaine JPMorgan Chase a dépassé les attentes au deuxième trimestre.Cela notamment grâce à une baisse de ses dépenses et de ses frais qui lui a permis de contrebalancer le coup de mou des activités de courtage.

La première banque américaine en termes d'actifs, qui lançait les résultats du secteur bancaire, a dégagé un bénéfice net de 6,3 milliards de dollars (5,96 milliards de francs), en hausse de 5,2% sur un an, lors des trois derniers mois.

Le chiffre d'affaires s'élève, lui, à 24,53 milliards (en recul de 3,2% sur un an) contre 24,49 milliards attendus.

A Wall Street, le titre prenait 1,34% à 69,0 dollars dans les échanges électroniques de pré-séance. Il avait atteint un plus haut de 69,75 dollars au cours du deuxième trimestre, en hausse de près de 9% depuis le début de l'année, et bien mieux que la hausse de près de 5% de l'indice de l'ensemble du secteur bancaire KBW.

Le directeur général Jamie Dimon a souligné mardi la détermination de l'établissement à réduire ses frais.

Réduction des dépenses

Sur le trimestre, JPMorgan a réduit ses dépenses de 6% à 14,5 milliards de dollars. La banque supprime des milliers d'emplois, avait indiqué en mai une source proche du dossier, et accélère vers plus de services électroniques.

Ses frais juridiques ont également diminué comparé à il y a un an. Sur le trimestre, l'établissement new-yorkais a accepté de payer 900 millions de dollars aux autorités américaines pour son rôle dans le scandale de manipulation des taux de change. Mais il avait déjà mis de côté suffisamment d'argent pour régler cette pénalité.

Ses revenus dans les activités de marchés (courtage d'actions, d'obligations, de devises, matières premières) ont baissé sans surprise de 7%, alors que le trimestre a été marqué par de faibles volumes d'activités sur les marchés du fait d'incertitudes liées notamment à la crise grecque.

(ats)

Votre opinion