04.08.2019 à 13:06

FootballJürgen Klopp est déjà bouillant

Le coach de Liverpool s'en prend au Community Shield, qui a lieu dimanche, et à Manchester City.

par
Simon Meier
Klopp a trouvé deux raisons de s'exciter: le Community Shield et Manchester City.

Klopp a trouvé deux raisons de s'exciter: le Community Shield et Manchester City.

Keystone

Sa réputation d’entraîneur «rock n’roll» n’est plus à faire. Mais Jürgen Klopp, qui ne changera jamais, a choisi de célébrer le lever de rideau de la saison anglaise par un solo de batterie et une envolée à la guitare électrique. Le coach de Liverpool, qui affronte Manchester City dimanche à Wembley à l’occasion du Community Shield (16h en Suisse), a choisi deux cibles pour se dégourdir les jambes: l’épreuve et son adversaire, au risque de fâcher Pep Guardiola et les amoureux de la tradition – et ils sont nombreux outre-Manche.

Branché en conférence de presse à propos de cette 97e édition du Community Shield, qui oppose chaque été le champion d’Angleterre au vainqueur de la Cup, l’entraîneur des Reds s’est montré peu respectueux envers le trophée presque séculaire: «Pour être honnête, je ne vois pas bien pourquoi nous disputons cette compétition alors qu’elle ne signifie rien, je ne comprends pas pourquoi nous ne l’annulons pas, a lancé «Kloppo», avant d’en remettre une couche. En Allemagne, je l’ai gagnée cinq fois avec Dortmund et personne ne le mentionne. C’est la Super Coupe. Si vous la gagnez, personne n’y fait attention, si vous la perdez, certains en parlent.»

«Ils vivent dans un monde imaginaire»

Jürgen Klopp est un peu de mauvaise foi, en l’occurrence. Son BVB n’a gagné que deux fois la Super Coupe d’Allemagne en quatre participations; les deux fois contre le Bayern Munich de Pep Guardiola, en 2013 et 2014. Sa sortie est-elle celle d’un coach qui prépare la première défaite de la saison? Liverpool, qui sera privé de Sadio Mané au repos après la CAN, pourrait également ménager son gardien Alisson, ainsi que les stars Mohamed Salah et Roberto Firmino. Le rendez-vous est-il pris par-dessus la jambe? Pas complètement: «Il y a un match à gagner et nous ferons tout pour y arriver, s’est repris Klopp. Jouer City, c’est à chaque fois le match le plus dur de la saison. Donc il va falloir être prêt, c’est un bon test. Nous devrons par exemple bien défendre, parce que si vous ne défendez pas bien contre eux…»

Eux, c’est le Manchester City de Pep Guardiola, qui a remporté les quatre trophées domestiques la saison passée (dont le fameux Community Shield), laissant la Ligue des champions à son rival d’Anfield Road. Manifestement désireux d’en découdre, Jürgen Klopp a précisément réservé sa deuxième pique de la semaine aux Citizens. L’Allemand s’est plaint de ne pouvoir lutter, financièrement, avec ces clubs qui, comme Barcelone, le PSG ou City, «vivent dans un monde imaginaire», faisant ainsi allusion au non-respect du fair-play financier.

Là aussi, l’attaque de l’homme qui a mené les Reds sur le toit de l’Europe est contestable. Depuis l’été 2018, Liverpool, avec son enveloppe-transferts de 178 millions de livres sterlings, a en effet dépensé plus que son rival mancunien (149 millions). Alors, l’hôpital qui se fout de la charité? Non, il faut simplement croire que Jürgen Klopp, l’un des hommes-orchestre les plus chauds d’Europe, avait envie de se défouler un peu avant le Community Shield, ce lever de rideau qui ne vaut rien à ses yeux.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!