09.03.2018 à 15:49

FranceJulien Lepers réclame plus de trois millions d'euros

Viré de «Questions pour un champion» il y a 2 ans, l'ancien animateur exige des indemnités se chiffrant en millions.

Julien Lepers touchait près de 47'000 francs par mois pour animer «Questions pour un champion».

Julien Lepers touchait près de 47'000 francs par mois pour animer «Questions pour un champion».

AFP

Julien Lepers réclame 3,4 millions d'euros (près de 4 millions de francs) à la suite de son licenciement controversé, a-t-on appris vendredi auprès de son avocat.

La star du petit écran, 68 ans, a été licenciée début 2016 après 27 ans à la tête d'un des jeux phares de la chaîne France 3 filiale de France Télévisions. Adapté d'un format britannique, «Questions pour un champion» a été regardé par 1,48 million de téléspectateurs (11,4% de parts d'audience) en moyenne en 2015, en légère baisse ces dernières années mais toujours au-dessus de la moyenne de la chaîne.

Ce départ a été qualifié d'«insupportable» par Julien Lepers. L'émission est dorénavant animée par un autre présentateur, Samuel Etienne. Lepers a officiellement réclamé, jeudi devant le conseil des prud'hommes, 3,4 millions d'euros au producteur FremantleMedia, a indiqué à l'AFP maître Pierre-Olivier Lambert, le conseil de Julien Lepers. Le tribunal statuera le 5 avril.

Près de 47'000 francs par mois

«Cela paraît très important, mais il s'agit en premier lieu d'indemnités contractuellement convenues à hauteur d'un million, cela ne souffre aucune contestation», a-t-il précisé, ainsi que «le prix de 28 années d'ancienneté en fonction de son salaire de 40'000 euros (près de 47'000 francs) par mois environ» ainsi que «500'000 euros pour un préjudice d'image qui correspond à environ un an de salaires», a ajouté l'avocat.

Contacté par l'AFP, l'avocat de FremantleMedia n'était pas joignable dans l'immédiat. FremantleMedia «n'est pas une petite société de production mais une filiale du groupe Bertelsmann, qui fait 16 milliards de dollars de chiffre d'affaires annuel», a souligné le conseil de Julien Lepers, qui a qualifié l'audience de jeudi devant le tribunal de «virulente, à l'image de son licenciement».

Joint par téléphone vendredi, Julien Lepers n'a pas souhaité répondre aux questions de l'AFP. Son départ s'est inscrit dans le renouvellement voulu par Delphine Ernotte depuis son arrivée en 2015 à la présidence de France Télévisions.

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!