Élections: «Kaamelott» inspire un jeune politicien

Publié

Élections«Kaamelott» inspire un jeune politicien

Un candidat au Grand Conseil vaudois promet que s'il est élu, les titres de ses interventions parlementaires seront des références à la série télévisée.

par
Melina Schröter
Il y a des efforts à faire pour rapprocher les gens de la politique, notamment les jeunes. Pierre-Alain Jaquet, candidat Vert au Grand Conseil vaudois.

Il y a des efforts à faire pour rapprocher les gens de la politique, notamment les jeunes. Pierre-Alain Jaquet, candidat Vert au Grand Conseil vaudois.

Yvain Genevay

En tant que Vert, il y a fort à parier que la condition paysanne, il ne se la taille pas en biseau. En revanche, s'il n'est pas élu, il est possible qu'il en ait gros, Pierre-Alain Jaquet. Candidat au Grand Conseil vaudois pour le district de Morges, il a fait une promesse de campagne plutôt insolite via Twitter: «Si je suis élu, je rédigerai mes interventions en leur donnant pour titres des références à «Kaamelott» (ndlr: série humoristique sur la quête du Graal).»

Une idée qui a rapidement eu son petit succès sur le réseau social. «En cinq ans, j'ai glissé dans les titres une contrepèterie salace et une dizaine de mauvais jeux de mots. A toi de faire mieux», l'a par exemple défié Martial de Montmollin, ancien député Vert. «Il n'y avait rien de planifié dans cette idée, même si je suis un fan de «Kaamelott». La politique est complexe, les problèmes traités le sont aussi et l'idée n'est pas d'en parler à la légère. Mais il y a des efforts à faire pour rapprocher les gens de la politique, notamment les jeunes. En Suisse, nous avons la chance de pouvoir participer plus qu'ailleurs au processus de décision, il faut en profiter. Alors si l'intitulé d'une intervention peut faire sourire avant d'en discuter de manière plus sérieuse, pourquoi ne pas le faire? Ce n'est pas parce que l'on traite de thématiques complexes que l'on ne peut pas le faire aussi de manière ludique.» Jeune politicien, bien qu'il en soit déjà à sa troisième campagne, Pierre-Alain Jaquet compte sur les réseaux sociaux pour faire résonner ses futures interventions «kaamelottiennes».

Des titres très imagés

Une façon d'appréhender la chose publique que partage le Conseil communal de Vevey, connu pour ses élus qui rivalisent d'imagination dans les intitulés de leurs objets. «C'est parfois de l'humour qui ne fait rire qu'entre nous, reconnaît Clément Tolusso, conseiller communal de Décroissance-Alternatives. Avec «Kaamelott», il fera référence à une série populaire qui parlera à de nombreuses personnes. C'est plutôt une bonne idée d'essayer d'attirer l'attention de ses collègues et du public avec des titres qui font sourire. Après, quand ça devient une systématique, sur le long terme, il peut y avoir un petit côté surenchère et une difficulté à trouver des références pertinentes. Mais s'il a envie d'essayer, il doit le faire.»

Si les premières réactions sont positives, l'écologiste ne craint-il pas aussi de perdre les voix de ceux qui trouvent que la politique doit rester sérieuse? «C'est possible. Mais on ne juge pas la qualité d'une intervention sur un titre qui fait sourire, mais sur son sérieux. Le titre est juste une mise en bouche.» C'est pas faux.

Ton opinion