13.09.2020 à 09:40

FootballKarlen: «Je ne suis pas à Sion pour regarder passer le train!»

De retour en Valais depuis le mois de juin, le buteur a enfin pu jouer avec Sion. Bonheur et efficacité.

par
Daniel Visentini
Auteur du premier but libérateur pour Sion, Karlen (à gauche) est félicité par le passeur, Baltazar, et par Grgic.

Auteur du premier but libérateur pour Sion, Karlen (à gauche) est félicité par le passeur, Baltazar, et par Grgic.

KEYSTONE

La loi, c’est la loi. Transféré de Xamax à Sion au mois de juin, Gaëtan Karlen était dans le même cas de figure que Geoffroy Serey Die, qui l’avait précédé. Il avait un contrat de travail en bonne et due forme, mais il n’avait pas le droit de jouer pour le FC Sion avant le début de la nouvelle saison. C’est peu dire qu’il a rongé son frein alors que ses coéquipiers se battaient pour le maintien. C’est peu dire aussi qu’il avait hâte de retrouver la compétition.

À 27 ans, le buteur a profité de la Coupe de Suisse pour reprendre l’histoire qui le lie au FC Sion, lui qui y a été formé. Contre Schötz, dimanche, c’est lui qui a débloqué la situation à la 48e minute. C’était nécessaire. Un Sion trop poussif avait concédé des occasions que des adversaires trop maladroits ou trop crispés avaient manquées. Le geste juste et sûr de Karlen aura libéré les siens.

«Il y a eu trop de déchet technique dans notre jeu»

Gaëtan Karlen, attaquant du FC Sion

«Cela a eu le mérite d’obliger Schötz à se découvrir un peu, à ouvrir des espaces, c’était plus facile, ensuite, cela nous a permis de marquer encore deux buts, souriait-il en bordure de terrain, après l’effort. Mais c’est vrai qu’il y a eu trop de déchet technique dans notre jeu. Je sais déjà que nous reverrons ça, pour analyser le pourquoi de ce problème.»

Fabio Grosso, qui signait là le premier succès officiel à la tête de son nouveau club, ne disait pas le contraire. «C’était un match compliqué, c’est vrai, reconnaissait-il. Nous avons encore du travail. Peut-être faut-il encore amener quelque chose dans cette équipe…»

Il attend Hoarau

Les regards se tournent vers Christian Constantin. Pour constater que le président a déjà quitté la bourgade lucernoise comme il y était arrivé: en hélicoptère. Il a déjà rencontré un certain Guillaume Hoarau, qui quitte YB et qui veut rester en Suisse. «Son dossier est sur la table», a déjà confié Constantin.

De la concurrence devant en perspective, notamment pour Gaëtan Karlen? Peut-être. Mais le Valaisan voit les choses simplement. «Si je pouvais côtoyer un joueur de la trempe de Hoarau, ce serait génial, assure-t-il. On ne peut qu’apprendre avec des joueurs de cette envergure.»

Cela n’enlève en tout cas rien à ses ambitions personnelles. De retour chez lui, il est là pour s’imposer comme titulaire et buteur. Logique. Il le résume d’ailleurs très bien: «Je ne suis pas à Sion pour regarder passer le train!»

Il a commencé par un but capital, des relais intéressants, des déviations de la tête qui seront une arme quand les automatismes avec ses coéquipiers seront trouvés. Pas mal pour un retour aux affaires.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
17 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Jean

14.09.2020 à 09:01

Depuis les départs de Maceiras et Toma il est important pour le FC Sion d'avoir des joueurs qui connaissent très bien le club comme Karlen ou Serey Die. Ces 2 joueurs, sans oublier notre gardien Kevin, vont booster le reste de l'équipe, hop Sion !

Eric

14.09.2020 à 08:09

Pourquoi à chaque fois des commentaires haineux envers le club ? On peut ne pas cautionner la gestion de celui-ci mais les joueurs n’y peuvent rien. Bien triste vie ...

Mafio

13.09.2020 à 12:18

Teinture rididcule, 20 kilos autour de la taille,une arrivee en helico, la clique adore et redemande..