Football: Karlen: «On ne doit pas brûler les étapes»

Publié

FootballKarlen: «On ne doit pas brûler les étapes»

À quatre jours du match de Coupe contre Schötz, le nouvel attaquant de Sion raconte comment s’est déroulée la préparation et ses premières impressions sur Fabio Grosso.

par
Brice Cheneval
Gaëtan Karlen (à g.) était content de retrouver le terrain.

Gaëtan Karlen (à g.) était content de retrouver le terrain.

FC Sion

Comment se passent vos premières semaines à Sion?

Tout se passe bien. Je suis surtout soulagé de pouvoir enfin remettre les pieds sur un terrain de foot. De jouer, tout simplement (ndlr: libéré par Xamax en juin, il s’était accordé dans la foulée avec Sion mais n’était pas éligible pour terminer la saison avec sa nouvelle équipe). Même si les matches amicaux et les entraînements ne remplacent pas la compétition…

Vous sortez de quatre jours de stage à Crans-Montana. Quel bilan en tirez-vous?

C’est positif. On s’entraînait deux fois par jour, on a bien bossé et pu mettre en place ce que voulait le coach (ndlr: Fabio Grosso). Ce stage nous a permis de gagner du temps dans cette préparation très courte.

Sur quels aspects avez-vous spécifiquement travaillé?

Principalement la défense: être en place, rester solide.

«Le coach est quelqu’un sur qui on peut compter, qui est toujours derrière l’équipe. Il communique beaucoup, en plus en français. On sent l’expérience du joueur qu’il était»

Gaëtan Karlen, attaquant du FC Sion

Quelles sont vos premières impressions sur votre nouvel entraîneur, Fabio Grosso?

Humainement, c’est une bonne personne. C’est quelqu’un sur qui on peut compter, qui est toujours derrière l’équipe. Il communique beaucoup, en plus en français. On sent l’expérience du joueur qu’il était.

Migjen Basha, qui a joué sous ses ordres à Bari en 2017-18, louait sa philosophie de jeu offensive tournée vers la construction et la possession. Avez-vous retrouvé ces préceptes jusqu’à présent?

Oui, c’est sûr. On l’a compris tout au long des entraînements, même si on travaille davantage la défense pour le moment. Il veut d’abord qu’on se construise bien derrière. Mais le but, c’est d’avoir le ballon. Il est tourné vers ce style de jeu. D’ailleurs, on vient de commencer à travailler la partie offensive, cela va s’accélérer cette semaine.

Sur quels points le staff vous a-t-il demandé de travailler lors de vos deux matches amicaux, contre Thoune (3-1) et Lausanne (1-2)?

Le fait d’être bien en place, solide, et savoir quand déclencher le pressing. On a appliqué ce sur quoi le coach a insisté jusqu’à présent.

À quelques jours du premier match officiel de la saison (contre Schötz, samedi, en Coupe de Suisse), vous sentez-vous prêt, physiquement et tactiquement ?

On est plutôt bien. On a bien bossé physiquement. Les choses se mettent en place petit à petit, on ne doit pas brûler les étapes. Désormais, outre le travail offensif, il faut peaufiner les détails.

D’après votre ressenti depuis le début de la préparation, quelle saison imaginez-vous pour votre équipe?

C’est difficile à dire. Ce n’est pas à moi de fixer des objectifs collectifs et on ne doit pas se focaliser là-dessus maintenant. Le début du championnat est toujours très important. On va attendre ce moment-là pour savoir où on en est et se positionner pour la suite.

Ton opinion

6 commentaires