Football - «Keine Ahnung!», une sorte de derby qui n'intéresse personne
Publié

Football«Keine Ahnung!», une sorte de derby qui n'intéresse personne

Avant le Suisse-Liechtenstein de jeudi, on est allé tâter le terrain dans la Principauté, pour voir si la ferveur y montait. Spoiler alerte: non.

par
Robin Carrel
(Vaduz)
La frontière dans le joli pont de bois.

La frontière dans le joli pont de bois.

DR

«Un derby est une rencontre sportive entre deux équipes de la même ville, voire entre deux villes géographiquement voisines, généralement distantes de moins de 100 km.» Si l'expression est souvent galvaudée dans les médias, on peut se permettre de la rebalancer gratuitement pour un match entre la Suisse et son voisin le Liechtenstein. Ce pays utilise notamment le franc suisse, utilisait, il y a quelques semaines encore, sa Super League et on y parle également une sorte d’allemand.

L'équipe de Suisse a donc choisi son minuscule voisin comme deuxième et dernier adversaire de sa préparation à l'Euro 2020. Un opposant que la Nati a défié souvent et les scores ne varient guère: 3-0 en juin 2015, 2-1 en août 2011, 3-0 en mai 2008 et pareil deux ans auparavant... Les Liechtensteinois sont 186es au classement de la FIFA, entre le Laos et le Bhoutan. Du coup, on s'est dit que d'affronter son puissant voisin, ça devait créer une sorte d'effervescence, voire même d'euphorie, au pied du Château du Prince Hans-Adam II!

Pas une folle agitation au pied du château.

Pas une folle agitation au pied du château.

DR

Le camp d'entraînement de la troupe de Vladimir Petkovic se déroulant à Bad Ragaz (SG), il eût été scandaleux de ne pas aller voir sur place si les gens klaxonnaient déjà dans les rues. En deux trains, un bus et après avoir franchi le Rhin, nous voici à l'étranger. Enfin, à l'étranger, il faut vite le dire. Parce qu'à part un petit panneau dans un magnifique pont en bois, rien ne change fondamentalement.

Les plaques sont noires, certes, mais on se croirait dans un 27e canton suisse, sauf qu'il y a encore moins de chômage et que les gens sont encore plus riches. En prime, les gens y apprennent le français à l'école et les Français y sont les étrangers les plus nombreux parmi les quelque 38'000 habitants du pays. On a tout de même eu l’impression d’être «ailleurs» un instant, en croisant le consulat de Suisse.

Un petit air de vacances à l’étranger quand même.

Un petit air de vacances à l’étranger quand même.

DR

Autant vous le dire tout de suite: notre quête a fait un chou blanc fluorescent. Ce mercredi, il y avait pas mal d'employés des banques locales, mais aussi quelques touristes en goguette, sur les terrasses de la bucolique capitale Vaduz. Trouver ainsi des fans de l'équipe nationale de football locale s'est vite avéré être un échec cuisant. On nous a répondu «keine Ahnung» avec au moins trois accents différents!

Pour parler ballon rond, il convient généralement de se tourner vers les bistrots. Ca tombait bien, il y avait un kebab d'ouvert dans un coin du bled. Sauf que là, forcément, pas possible de dénicher le moindre autochtone. A la place, on s'est pris un bon coup de pression de la part d'un employé. On pensait au match prévu jeudi au Kybunpark de St-Gall, lui était déjà focalisé sur le match Turquie-Suisse du 20 juin à Bakou!

Une terrasse après le coup de feu.

Une terrasse après le coup de feu.

DR

Après tant d'échecs, on a quand même essayé d’aller visiter un endroit où il était évident qu'on allait trouver quelqu'un à qui parler football liechtensteinois: un magasin de sport. Forcément, le gentil employé qui nous a vendus un maillot bleu magnifique de l'équipe nationale va regarder ce match. Sauf qu'il habite Sevelen, de l'autre côté du Rhin, et qu'il est bien Suisse. Quand ça ne veut pas…

On n’est pas rentré bredouille.

On n’est pas rentré bredouille.

DR

Allez un dernier essai au Rheinpark Stadion, l’antre du FC Vaduz, qui prend feu lors du premier tour qualificatif pour une Coupe d’Europe chaque année grâce à un succès en Coupe du Liechtenstein? Caramba, encore raté. Les gars aux commandes des pelleteuses n'étaient pas des sujets du Prince. Bon, ben la prochaine fois qu'on pensera avoir eu une bonne idée, on ne repassera pas par le Liechtenstein.

Trop de débordements de Linus Obexer, ça donne ça.

Trop de débordements de Linus Obexer, ça donne ça.

DR

Votre opinion